Élections fédérales

Le débat sur les mariages gais prise 3?

Commentaires

Le Parti conservateur, s'il est porté au pouvoir le 23 janvier, déposera une motion à la Chambre des communes pour rétablir la définition traditionnelle du mariage. Au premier jour de la campagne électorale, c’est là le premier engagement de Stephen Harper, qui promet de rouvrir ce débat douloureux qui a divisé le Parlement au cours des trois dernières années.

En juin dernier, la Chambre des communes a adopté un projet de loi reconnaissant les mariages gais. Le gouvernement Martin a eu besoin de l'appui du Bloc québécois et du NPD pour venir à bout de l'opposition du Parti conservateur et d'une trentaine de députés libéraux. Si les députés votent en faveur de la motion affirmant qu'un mariage est l'union d'une femme et d'un homme, un gouvernement conservateur déposera ensuite un projet de loi pour revenir à la définition traditionnelle du mariage. Mais cette loi protégera les mariages gais qui ont déjà été célébrés (environ 3000), a précisé M. Harper au cours d'un point de presse marquant le début de sa campagne. «Il y aura un vote totalement libre. Même les ministres pourront voter selon leur conscience. Si la motion est adoptée, nous irons de l'avant. Si elle est rejetée, le dossier sera clos», a dit M. Harper.

Le chef bloquiste Gilles Duceppe dénonce avec véhémence l’idée du leader conservateur. D’ailleurs, lors du vote en Chambre sur la question en juin dernier, une majorité de députés du Bloc québécois s’étaient prononcés en faveur du projet de loi permettant aux homosexuels d’accéder au mariage.

«Je m’oppose de toutes mes forces à ces intentions de Stephen Harper de remettre la question du mariage gai en débat, a déclaré M. Duceppe lors d’un point de presse en plein cœur du Village, quelques heures après la déclaration de Harper. C’était réglé ça. On ne doit pas revenir sur une décision semblable. D’aucune façon le Bloc ne va appuyer une telle démarche», a-t-il assuré.

Ainsi, M. Duceppe a ajouté que, dans l’éventualité où M. Harper se servirait de la clause nonobstant de la Charte des droits et libertés pour ramener la question sur le tapis, tous les députés du Bloc seraient tenus de respecter la ligne du parti. Ils devraient donc tous s’opposer à l’idée de rétablir la définition traditionnelle du mariage. Or, au moment du vote, en juin dernier, les députés bloquistes étaient libres de voter selon leur conscience. Le chef du parti souverainiste a également rappelé que le projet de loi a été adopté aux Communes grâce à un appui massif du Bloc.

Les libéraux de Paul Martin ont également accusé le chef conservateur de vouloir miner la Charte des droits et libertés, reprenant ainsi une attaque qu'ils avaient utilisée durant la campagne électorale de 2004. Ils ont fait valoir que Stephen Harper n'aura d'autre choix que d'invoquer la disposition dérogatoire (clause nonobstant) de la Constitution canadienne, que le gouvernement fédéral n'a jamais invoquée, pour rétablir la définition traditionnelle du mariage. Les tribunaux ont déjà statué que cette définition viole la Charte des droits et libertés. La ministre des Ressources humaines, Belinda Stronach, a profité de l'occasion pour attaquer le parti qu'elle a quitté au mois de mai. «La question du mariage gai est exactement l'une des raisons pour lesquelles j'ai quitté le Parti conservateur. Comment M. Harper, qui veut être premier ministre, peut-il traiter de la question des droits des minorités et des individus de manière aussi cavalière? Le Parlement a tranché sur cette question. Il est temps de passer à autre chose», a déclaré Mme Stronach.

 

  Envoyer cet article

Élections fédérales

Le débat sur les mariages gais prise 3?

En juin dernier, la Chambre des communes a adopté un projet de loi reconnaissant les mariages gais. (...)

Publié le 19 décembre 2005

par