Décès d’un pionnier

Edgar Maltais n’est plus

André-Constantin Passiour
Commentaires

Décédé le 16 juin dernier à l’âge de 62 ans, Edgar Maltais était le maître d’œuvre du camping Plein Bois, désormais une véritable institution dans la communauté gaie de la grande région de Montréal. Parti de zéro, M. Maltais a réussi à développer un camping agréable de 60 acres pouvant accueillir jusqu’à 1000 personnes. Mais pour ça, il a dû constamment se battre contre l’homophobie du conseil municipal du village de Sainthe-Marthe.

«Tout a débuté il y a 18 ans. Ici, c’était une terre à bois, il n’y avait absolument rien. Donc, Edgar l’a achetée, il a commencé par se faire un chemin, puis il l’a défriché petit bout par petit bout, pour en arriver au terrain que l’on possède aujourd’hui, c’est-à-dire un camping aménagé offrant plusieurs centaines de terrains dont 250 saisonniers. Edgar n’était pas pressé, il a pris son temps, s’est promené un peu partout pour dénicher cet espace magnifique, à flan de montagne du mont Rigaud, boisé, et qui bénéficie d’un microclimat sec et confortable où il n’y a pas de moustiques comme ailleurs. Il a travaillé très fort», d’expliquer André Roy, le gérant du camping. Si la nature était généreuse, si les clients gais étaient nombreux à en profiter, la petite municipalité de Sainte-Marthe, elle, n’a pas toujours été hospitalière. «Pendant plusieurs années, même si le camping est dans un coin isolé, le conseil municipal inventait des excuses contre le camping, donc il a dû composer avec l’homophobie de ce conseil et, à chaque fois, il a gagné sa cause», ajoute M. Roy. Homme d’affaires inné, travaillant, on disait d’Edgar Maltais qu’il était toujours à l’écoute des gens, prêt à aider, de bonne humeur, et qu’il avait toujours le mot pour rire. Un bon vivant, quoi. Ce natif du Nouveau-Brunswick passait ses hivers au Mexique, d’où il revenait redynamisé, toujours des idées plein la tête. «Je veux remercier tout le monde, tous ceux qui nous ont appuyés moralement et ceux qui se sont déplacés pour les funérailles. Nous avons reçu beaucoup de messages et d’appuis des gens. Je ne peux tous les remercier à la fois puisque la famille du camping Plein Bois est tellement grande. Je désire aussi remercier tous ceux qui sont déjà venus au camping et qui connaissaient Edgar», d’insister André Ladouceur, qui fut le conjoint de M. Maltais pendant 26 ans et qui est devenu propriétaire du Plein Bois.



 

  Envoyer cet article

Décès d’un pionnier

Edgar Maltais n’est plus

«Tout a débuté il y a 18 ans. Ici, c’était une terre à bois, il n’y avait absolument rien. Donc, Edg (...)

Publié le 18 juillet 2005

par André-Constantin Passiour