Société de développement commercial du Village

C’est un départ!

André-Constantin Passiour
Commentaires

Après un référendum victorieux en février, les marchands et gens d’affaires du Village se sont réunis pour procéder officiellement à la mise en place de cette Société de développement commercial (SDC) qui ainsi voit finalement le jour.

Une réunion a été tenue à huis clos, le 26 avril dernier, où seuls les membres pouvaient assister pour élire le premier conseil d’administration et les officiers de la SDC. C’est Denis Brossard, copropriétaire du Cabaret Mado et directeur artistique bien connu, qui occupera le siège de président du conseil d’administration. Il sera secondé par Michel Gadoury (propriétaire des bars Stud et Aigle Noir) à la vice-présidence, tandis que Caroline St-Onge (propriétaire d’Énergie Cardio) sera la secrétaire du conseil. L’instance dirigeante comprend également Stéphane Gagnon (du Salon Stéphane Gagnon), Philippe Cadieux (boutique Polo Rico), Greg Thibault (propriétaire du Parking), trésorier, Philippe Demers (propriétaire du Saloon) et, représentant l'arrondissement de Ville-Marie, Michel St-Louis. Il reste encore un poste à combler, ce qui sera fait sous peu, a-t-on appris. "Majoritairement, c'est une équipe jeune, dynamique. La plupart d'entre eux n'avaient pas eu l'occasion de s'impliquer pour le bien-être du Village et ils veulent faire bouger les choses", de dire M. Brossard. Au cours des prochains jours, dès juin, et selon la procédure, le conseil devra convoquer une autre assemblée générale pour voter la cotisation et adopter le budget de la SDC. Par la suite, c'est la Ville qui, à même le compte de taxes, prélèvera la cotisation pour la transférer à la SDC. Mais tout cela prend du temps. "Dès juin, après l'assemblée, l'arrondissement pourra débloquer certains fonds (emprunts) pour nous permettre de fonctionner, d'avoir un bureau, d'engager éventuellement un directeur général, etc.", indique M. Brossard. L'objectif premier des membres du conseil est de rencontrer rapidement les représentants de l'arrondissement et du SPVM pour discuter des questions de propreté et d'itinérance dans le Village. "L'itinérance prend de l'ampleur et a un impact sur tout le Village, c'est une question complexe, mais ce qui ressort des discussions avec les commerçants, c'est qu'ils perdent des clients, souligne M. Brossard. Les tours opérateurs commencent à diriger les visiteurs ailleurs [...] pour éviter que ces derniers ne se fassent harceler par les itinérants. Il y a, là, un sérieux problème." Les poubelles qui débordent et les détritus de toutes sortes qui traînent, le conseil de la SDC veut aussi en parler avec l'arrondissement. Rapidement, le conseil veut établir des contacts avec des organisations ayant des activités dans le Village : Festival des arts, Divers/Cité et Montréal 2006. "Nous désirons nous rapprocher d'elles, leur tendre la main. On sait qu'il y a eu des chicanes dans le passé, on veut faire table rase. On veut surtout dépersonnaliser les conflits et regarder vers l'avenir pour travailler tous ensemble pour le Village", de dire sur un ton enthousiaste mais ferme Denis Brossard. On veut aussi construire des ponts avec les autres SDC environnantes (Saint-Laurent, etc.) et, là aussi, œuvrer de concert. À moyen et long termes, la SDC se penchera sur la "signature" du Village, les aspects distinctifs qui le personnaliseront, et sur son achalandage durant le jour. Elle veillera aussi à trouver des moyens d'attirer des commerces de services (fruiterie, boucherie, épicerie, etc.) pour que le Village puisse vivre de jour comme de nuit, ce qui n'est pas le cas en ce moment.

 

  Envoyer cet article

Société de développement commercial du Village

C’est un départ!

Une réunion a été tenue à huis clos, le 26 avril dernier, où seuls les membres pouvaient assister po (...)

Publié le 29 mai 2005

par André-Constantin Passiour