Long Beach, California

West Hollywood : Une destination gaie hors du commun

Éric Paquette
Commentaires

Si, durant votre passage dans le Sud de la Californie, vous avez envie de vous retrouver seul avec votre amoureux, un peu plus à l’écart de tous les attraits fort intéressants, mais peu relaxants du célèbre West Hollywood, une petite communauté gaie et lesbienne de Long Beach est tout indiquée pour vous écarter des soirées turbulentes et profiter au maximum des bonheurs conjugaux. Voici quelques repères et suggestions pour ceux qui planifient de visiter ce coin très chaleureux de la Californie.

C’est principalement sur la rue Broadway, entre les rues Cherry et Alamitos que se trouve la majorité des attractions. Contrairement à West Hollywood, les prix des hôtels ou des motels sont beaucoup moins élevés, mais le choix est un peu moins grand. Si vous voulez trouver le meilleur rapport qualité/prix, je vous suggère fortement le Beachrunners' Inn, un B&B sur la rue Kennebec, à quelques minutes du centre-ville. En plus des endroits où séjourner, la rue Broadway est ponctuée de plusieurs bistros et restaurants très intéressants, où une atmosphère de détente et de vacance règne à tout coup. Le Café Ambrosia (Coin Cherry et Broadway) est sans doute un des meilleurs restaurants du quartier, avec un menu principalement grec dans un décor extérieur de palmiers et de fontaines d’eau ; le Coffee Haven et The Library offrent aussi à sa clientèle essentiellement gaie de magnifiques desserts, des cafés exotiques et un accès Internet pour ceux qui veulent donner signe de vie à leur proches durant leurs séjour sur la côte ouest.

La communauté gaie et lesbienne de Long Beach est âgée entre 35 et 60 ans, ce qui fait de cette ville un endroit mature où la plupart des gais et lesbiennes sont des professionnels recherchant de nouvelles rencontres amicales. Des bars comparables au Stud (The Mine Shaft), à l’Aigle Noir (The Falcon) ou au Unity II (The Executive Suite, les vendredis gais) sauront satisfaire les touristes qui désirent prendre un verre ou deux, faire de nouvelles rencontres autour d’une table de pool ou de danser un peu sur la musique des Dj résidants. Quelques bars et tavernes proposent aussi toutes sortes de soirées thématiques, en passant par le karaoké, les soirées de cuir et latex, pour les «ours» du coin. The Crypt on Broadway, cousin éloigné de notre Priape, offre à sa clientèle une multitude de gadgets, revues, dildos et vidéo xxx pour mettre un peu de piquant dans vos aventures érotiques. Leur personnel charmant et plutôt «cruiseur» se fera un réel plaisir de servir quelques nouveaux venus dans le quartier.

Durant votre escapade à Long Beach, il vous faut absolument réserver une journée entière pour visiter l’île Catalina, située à 20 miles de la côte. Une navette, une croisière ou même un hélicoptère vous y amènera pour vous faire découvrir un paysage renversant. Avec plus de 25 activités (kayak, plongée sous-marine, nage avec les dauphins, escapade motorisée, location de bateau, pêche, etc.) qui se succèdent avec les saisons, cette île paradisiaque vous dépaysera sans toutefois vous éloigner des centres urbains.
La période idéale pour visitez Long Beach est quelque part entre les mois de mars et juillet, où la température est des plus clémentes et la plage, à son meilleur. Malgré sa population modeste, Long Beach célébrera cette année sa 22e édition des célébrations de la fierté gaie et lesbienne. Le 21 et 22 mai prochain, c’est un rendez-vous sur Ocean Boulevard, deux rues au sud de Broadway pour la parade annuelle et une panoplie de spectacles et d’activités à faire entres amis, et même en famille.

Pour plus d’informations et réservations, communiquer avec le Centre des gaies et lesbiennes de Long Beach au 562-434-4455. Pour les détails de la célébration de la fierté gaie et lesbienne, visitez le www.longbeachpride.com

 

  Envoyer cet article

Long Beach, California

West Hollywood : Une destination gaie hors du commun

C’est principalement sur la rue Broadway, entre les rues Cherry et Alamitos que se trouve la majori (...)

Publié le 02 mars 2005

par Éric Paquette