Témoignage de PiERRE OSTIGUY de la PIAZETTA

«La SDC va nous amener plus d’achalandage

Commentaires

Pour Pierre Ostiguy de la Piazzetta sur Ste-Catherine, le service à la clientèle et l’esprit d’équipe sont les deux ingrédients de base pour réussir en affaires. Pierre veut que les gens vivent une expérience unique et enrichissante. Ce qu’il fait pour son commerce, il souhaiterait le faire pour tout le Village. Mais il sait très bien que tout seul, on n’arrive pas au même résultat. Pierre est franchisé,

il fait donc déjà partie d’un regroupement : «Je paye déjà 7 % de redevance sur mes ventes à la chaîne et j’en ai pour mon argent. Ils me font de la publicité que je n’aurais jamais les moyens de me payer autrement, ils font des sondages, des études de marché, des plans de développement commercial, me fournissent une foule d’information sur l’évolution du marché et me suggère des moyens pour développer mon commerce. Moi, ça ne me dérange pas de payer quand ça m’apporte plus d’affaires. Quand on est seul dans notre commerce, on n’a pas le temps de penser à tout ça, on est trop occupé par les opérations quotidiennes. Payer une cotisation pour la SDC, ça ne me dérangerait pas du tout car je sais que la SDC va nous amener plus d’achalandage sur la rue et donc plus de rentabilité pour nous tous. La cotisation à la SDC, je vois ça comme des frais de condo. Quand on ne veut plus ou qu’on n’a plus le temps de s’occuper de l’entretien de l’immeuble nous-mêmes, on le confie à d’autres qui le feront à notre place et on accepte de payer pour ça. N’oublions pas que les autres artères commerciales aussi s’organisent pour les attirer chez elles ! Faudrait pas manquer le bateau! Je souhaite ardemment que nous nous donnions une vision ouverte sur le monde et une SDC qui verra à développer le Village selon cette vision.

 

  Envoyer cet article

Témoignage de PiERRE OSTIGUY de la PIAZETTA

«La SDC va nous amener plus d’achalandage

il fait donc déjà partie d’un regroupement : «Je paye déjà 7 % de redevance sur mes ventes à la chaî (...)

Publié le 24 novembre 2004

par