Mairie de Québec

Agnès Maltais ne dit pas non

Caroline Lavigne
Commentaires

La députée péquiste Agnès Maltais, qui a fait sa sortie du placard publique depuis al dernière année ne ferme pas la porte à son éventuelle candidature à la mairie de Québec, au terme du mandat de Jean-Paul L'Allier l'an prochain.

"On prend toujours le temps de réfléchir à ça" a dit Mme Maltais, mercredi, lors d'une interview téléphonique accordé à La Presse Canadienne depuis Jérusalem, où elle participait à une mission organisée par le comité Québec-Israël.
"Je ne veux pas faire de déclarations irréfléchies", a poursuivi la députée, qui s'est bien défendue d'être présentement "officiellement" en période de réflexion sur son avenir politique.
"Je ne suis pas en réflexion, a-t-elle répété à plusieurs reprises. Si je dis "je suis en réflexion", vous (les journalistes) le prenez toujours comme une annonce", a-t-elle précisé, jouant de prudence.
Flattée par les rumeurs l'envoyant à la mairie, Mme Maltais a cependant soutenu ne pas avoir été approchée par qui que ce soit jusqu'à maintenant. Elle entend néanmoins s'entretenir avec M. L'Allier à son retour à Québec, dès lundi.
"Je vais sûrement l'appeler pour saluer son travail. Tout le monde le sait, on a bien travaillé ensemble. Il a fait grandir Québec. Avant même que je sois députée, j'appuyais M. L'Allier. C'est un maire que l'on a été chanceux d'avoir", a mentionné Mme Maltais, qui a été active sur la scène politique municipale entre 1989 et 1992.
Même si elle se dit "passionnée" par les défis que lui offrent ses fonctions de parlementaire, la députée de Taschereau, une circonscription située en plein coeur de Québec, va tendre l'oreille à ceux qui la courtisent.
"Ce genre de choses-le, si vous voulez l'opinion de quelqu'un qui connaît aussi la politique municipale, se discutent avec des gens, se discutent avec des partis."
Et ce n'est pas parce qu'elle s'ennuie sur les banquettes de l'opposition à l'Assemblée nationale qu'elle lorgnerait du côté de l'Hôtel de ville, a-t-elle tenu à nuancer. "Il n'y a rien qui me pousse vers la politique municipale parce que je m'ennuierais dans l'opposition. Non, non, non. J'ai beaucoup de plaisir dans ce que je fais."

 

  Envoyer cet article

Mairie de Québec

Agnès Maltais ne dit pas non

"On prend toujours le temps de réfléchir à ça" a dit Mme Maltais, mercredi, lors d'une interview tél (...)

Publié le 09 juillet 2004

par Caroline Lavigne