Journée nationale de lutte contre l’homophobie 2004

La place des personnes homosexuelles dans la société

Nicolas Lavallée
Commentaires

La journée du 2 juin 2004 aura été celle de la deuxième édition de la Journée nationale de lutte contre l’homophobie. On se souviendra que l’an dernier, l’Assemblée nationale du Québec avait adopté une motion unanime pour rappeler l’importance de l’événement et pour condamner l’homophobie. Il en sera encore ainsi cette année. Tenue sous le thème de l’engagement, la journée a été marquée par la tenue de plusieurs activités émanant de divers milieux. La Fondation Émergence, initiatrice de l’événement, a organisé une Table ronde composée de diverses personnalités qui ont fait part de leur perception quant à la place des personnes homosexuelles dans la société. À cette occasion, un sondage Léger Marketing a été rendu public et a permis de constater que les prises de position de l’Église catholique sont jugées homophobes par les Québécois et les Québécoises. Sans lien avec le sondage, le prix Lutte contre l’homophobie, remis à chaque année, a été décerné à l’abbé Raymond Gravel, dont le message d’inclusion se devait d’être souligné.

Cette journée est un moment privilégié pour s’engager à combattre l’homophobie et pour mener des actions concrètes. Elle est l’occasion pour les enseignants et les enseignantes de parler de réalités homosexuelles en classe, pour les employeurs d’instaurer des programmes en milieu de travail, pour les médias de présenter des dossiers et des reportages sur l’homophobie, pour les administrations publiques de proclamer le premier mercredi de juin Journée de lutte contre l’homophobie, pour les individus et les organismes de mettre sur pied des initiatives et de poser un geste symbolique. C’est aussi l’occasion de hisser le drapeau arc-en-ciel partout où il y a un mât.


Sondage Léger Marketing
La Journée nationale de lutte contre l’homophobie a été l’occasion pour la Fondation Émergence de dévoiler les résultats d’un sondage Léger Marketing. Ce sondage révèle que plus de la moitié des Québécoises et des Québécois, soit 56 %, jugent que les déclarations et les prises de position de l’Église catholique sont hostiles envers la communauté homosexuelle, comparativement à 34 % qui sont d’un avis contraire. Une forte majorité des répondants, soit 71 %, pensent que les comportements hostiles envers les personnes homosexuelles sont aussi graves que les comportements xénophobes ou racistes. Toutefois, pour près du quart des personnes interrogées, soit 22 %, les personnes qui dévoilent leur orientation homosexuelle sont trop visibles. Enfin, mentionnons que l’opinion des répondants est divisée quant à la nécessité de punir, au moyen d’une loi, les insultes et les comportements irrespectueux envers les personnes homosexuelles : 49 % préconisent la punition des insultes et des comportements irrespectueux comparativement à 43 % qui n’en voient pas la nécessité.


Prix Lutte contre l’homophobie
L’an dernier, la Fondation Émergence instituait le prix Lutte contre l’homophobie en vue de souligner la contribution significative d’un organisme ou d’une personne à la lutte aux préjugés et à l’inclusion des personnes homosexuelles dans la société. Cette année, la Fondation Émergence décerne le prix Lutte contre l’homophobie à l’abbé Raymond Gravel, prêtre et curé de la paroisse Saint-Joachim-de-la-Plaine. Rappelons qu’au mois d’août dernier, l’abbé Raymond Gravel prenait position en faveur du droit des personnes homosexuelles au mariage civil. Dans le contexte du débat sur le mariage gai, l’intervention publique de l’abbé Gravel démontrait l’engagement social, le courage et l’espoir que comporte son message d’inclusion et d’acceptation. " La Fondation Émergence a tenu à rendre hommage à l’abbé Gravel et à lui décerner le prix Lutte contre l’homophobie pour son courage et surtout pour l’espoir que comporte son message d’inclusion et d’acceptation pour les personnes homosexuelles. L’action de l’abbé Gravel est un exemple qui, nous l’espérons, sera suivi par d’autres dans tous les milieux " de déclarer monsieur Laurent McCutcheon, président de la Fondation Émergence. On se souviendra qu’en 2003, madame Janette Bertrand, personnalité de la télévision québécoise bien connue du grand public, était la première récipiendaire du prix.


Mention spéciale à Fadi Fadel
La Fondation Émergence a profité de la Journée nationale de lutte contre l’homophobie pour remettre un certificat d’honneur à monsieur Fadi Fadel, membre de la communauté homosexuelle, dont l’action est une source d’inspiration pour les jeunes gais et les jeunes lesbiennes. Rappelons que dans le cadre de son engagement social en Irak, Fadi Fadel a été détenu comme otage, et qu’à son retour au pays, il a dévoilé publiquement son orientation homosexuelle et a parlé de ses relations avec sa famille en regard de son orientation sexuelle.
La Fondation Émergence a voulu souligner que l’engagement social de Fadi Fadel est un exemple fort positif, une source d’inspiration pour les jeunes gais et les jeunes lesbiennes et qu’il contribue à faire la lutte contre l’homophobie.


Table ronde
La Fondation Émergence présentait une Table ronde, invitant des personnalités de différents milieux à donner leur point de vue sur l’homophobie et sur la place des personnes homosexuelles dans la société : l’honorable Bill Graham, ministre des Affaires étrangères, madame Michèle Asselin, présidente de la Fédération des femmes du Québec, madame Josée Boileau, éditorialiste au Devoir, l’abbé Raymond Gravel, prêtre, ainsi que maître Alain Roy, professeur de droit à l’Université de Montréal ont participé à cette activité. De même, l’honorable Martin Cauchon, ancien ministre fédéral de la Justice, prononçait une allocution à l’heure du dîner, faisant part de ses expériences en rapport avec le projet de loi sur le mariage des conjoints et conjointes de même sexe.


Plan quinquennal
La Fondation Émergence profitait aussi de cette journée pour proposer un plan d’action quinquennal de lutte contre l’homophobie. Aux campagnes générales annuelles de lutte contre l’homophobie s’ajouteront des campagnes en fonction de différents thèmes. Ainsi, en 2005, la famille sera le thème central de la lutte contre l’homophobie. En 2006, ce sera au tour du monde du travail et du sport, profitant de l’événement sportif et culturel Rendez-Vous Montréal 2006. Viendront ensuite, au cours des années subséquentes, le monde de l’éducation, le monde de la santé et enfin celui des minorités culturelles. Le plan quinquennal a pour objectif de créer un moment de convergence, afin que tous et toutes puissent planifier leurs actions en conséquence.


Activités en région, retombées de la Journée et appuis
La deuxième édition de la Journée nationale de lutte contre l’homophobie aura été marquée par un nombre croissant d’activités organisées dans le cadre de cet événement. La Fondation Émergence se réjouit d’avoir reçu un nombre impressionnant d’appuis et que cette journée thématique ait été reprise par le milieu communautaire ainsi que par des grands acteurs sociaux comme les syndicats, les associations professionnelles et les groupes de pression. Des activités de sensibilisation ont eu lieu un peu partout en région, notamment en Mauricie, en Outaouais, à Québec, en Abitibi-Témiscamingue, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, dans le Bas-Saint-Laurent, en Estrie, etc.

Par ailleurs, cette initiative québécoise de la Fondation Émergence dépasse maintenant les frontières du Québec : des associations d’enseignants et d’enseignantes en Colombie-Britannique se sont intéressées à cette journée; en France, le Centre Gai et Lesbien de Paris propose " Différences de différences " du 2 au 6 juin.

 

  Envoyer cet article

Journée nationale de lutte contre l’homophobie 2004

La place des personnes homosexuelles dans la société

Cette journée est un moment privilégié pour s’engager à combattre l’homophobie et pour mener des act (...)

Publié le 02 juin 2004

par Nicolas Lavallée