Création d’un fonds de dépannage

Fondation d’Aide directe

André-Constantin Passiour
Commentaires

Afin d’éviter de se retrouver à sec comme l’automne dernier, la Fondation d’Aide directe-Sida Montréal (FADSM) demandera à ses utilisateurs, à compter du 1er avril prochain, de contribuer à un fonds spécial qui sera géré par la Fondation Farha et qui servira aux temps difficiles, si jamais la situation se représente. Les usagers devront contribuer à ce fonds de dépannage à raison de 5$ à chaque rendez-vous. Selon leurs besoins, les bénéficiaires de la FADSM peuvent aller chercher de la nourriture sur une base mensuelle, bimestrielle ou trimestrielle.

Présentement, les paniers ont une valeur minimum de 60$ tandis qu’à Noël, ils représentent environ 100$ de denrées et de produits divers. L’automne passé, la FADSM s’était retrouvée presque sans le sou et n’avait effectué aucun achat lors des mois de septembre, octobre et novembre. "L’année dernière a été très difficile, mais on s’attend à ce que, cette année, les choses aillent mieux. Toutefois, on n’est malheureusement pas à l’abri de problèmes, surtout que, comme on l’a bien vu, il y a de moins en moins de gens à Ça Marche et donc moins de dons. Il vaut mieux prévenir que guérir, et c’est ce qu’on veut faire en mettant sur pied un tel fonds", de dire Michel Parenteau, directeur général et fondateur de la FADSM. En effet, de 17 000$ remis jadis par la Fondation Farha à la Fondation d’aide directe, la FADSM ne reçoit plus qu’environ 4000$ à 5000$, selon M. Parenteau.

Chacune des contributions des bénéficiaires sera ainsi versée à un fonds baptisé "Ça Marche pour un fonds de dépannage pour la Fondation d’Aide directe – Sida Montréal". L’argent recueilli pour la FADSM lors du marchethon annuel de la Fondation Farha viendra donc se rajouter aux sommes comptabilisées, constituant ainsi un coussin d’environ 7000$ à 8000$, estime-t-on. Jusqu’à présent et depuis sa création, il y a 13 ans, la Fondation d’Aide directe n’avait encore jamais sollicité ses usagers alors que d’autres organismes d’entraide semblables, comme Miels-Québec qui demande 10$ aux bénéficiaires, avaient déjà instauré un tel système, ce qui "responsabilise un peu plus les usagers et permet à l’organisme d’acheter des produits de qualité", d’ajouter M. Parenteau. Il faut dire que si la Fondation reçoit un certain nombre de denrées de la part d’entreprises, elle est obligée d’acheter la viande, les œufs ainsi que les produits d’hygiène.

Mais Michel Parenteau indique qu’il n’est pas question de refuser qui que ce soit qui n’aurait pas les 5$ : "Cela demeurera du cas par cas, et on comprend très bien que certaines personnes, par manque d’argent, ne pourront pas contribuer." En ce moment, la FADSM traite plus de 400 dossiers et il y a une liste d’attente.
On peut faire un don à la FADSM: 1442, rue Panet, Montréal (Qc) H2L 2Z1. Pour plus d’informations: (514) 522-1993.

 

  Envoyer cet article

Création d’un fonds de dépannage

Fondation d’Aide directe

Présentement, les paniers ont une valeur minimum de 60$ tandis qu’à Noël, ils représentent environ 1 (...)

Publié le 25 février 2004

par André-Constantin Passiour