Marc Anthony

Yves Lafontaine
Commentaires
Dans le péplum porno Marc Anthony, Marc-Antoine, fils de César, part épouser Cléopâtre, mais regarde davantage les esclaves mâles de sa reine. Sur la jaquette, il est précisé que cet empereur part conquérir l’Égypte avec son cul et son serpent. Mario Perez est la vedette de cette superproduction qui regroupe certains mâles généralement polyvalents, une superproduction qui aurait coûté plus de 500 000 $ Us, ce qui en ferait la plus dispendieuse production porno gaie. La mise en scène, très élaborée, laisse place à des saynettes dont l’intérêt principal reste tout de même les scènes de cul. Les voilages, le mobilier, les costumes minimalistes (bandeau de tennismen, cothurnes de lutteurs) font sourire. Mais qu’il est joli et qu’il se donne bien, ce bon Marc-Antoine, ultra-exhibitionniste et bon gueulard avec ça (Fuck Me! Go for it, Fuck Me.). À part César, un peu insignifiant et pas très excitant, certains jeunes premiers percent l’écran, quand ce n’est pas autre chose. Une orgie où cinq esclaves enrubannés se défoulent sur Marc-Antoine fait sourire, mais ça bande dur, ça pine en cadence et ça éjacule copieusement. C’est le moment de partir à la découverte de l’Égypte.

Marc Anthony, Private Canda. Offert, entre autres, chez Priape, dès janvier.