Le premier festin

Benoit Migneault
Commentaires
Un premier collectif de nouvelles chez H&O qui gravite autour de la notion de désir. Sept nouvelles, dont une orientée vers les lesbiennes, une autre écrite par un auteur hétéro, explorant la nature du désir chez un personnage surpris de se retrouver pris bien en bouche par un autre homme. Fort bien écrites, chacune explore à sa façon ce festin de la chair. Certaines naviguent à fond de train dans l’érotisme (Le tokay sonne toujours deux fois), d’autres sont surtout empreintes de tendresse (Les demoiselles)ou de poésie (L’envol). L’un dans l’autre, l’ensemble contentera tous et chacun. La tradition des recueils de nouvelles gaies est surtout anglo-saxonne et il est pour le moins rafraîchissant de pouvoir enfin s’y plonger dans la langue de Molière. La plupart des auteurs qui s’y retrouvent ont par ailleurs déjà publié chez H&O et vous donneront ici un bref aperçu de l’étendue de leurs talents. Je pense notamment à Michel Bellin, à Jean-Paul Tapie (son récit est empreint d’ironie), à Christian-Yves Lhostis, mais surtout à Olivier Delorme qui prend de plus en plus d’assurance au fil de ses écrits et qui, s’il poursuit dans la même veine, est sans aucun doute destiné à produire de fort belles choses. Un très bon achat.

Le premier festin pour une littérature de la différence. Montblanc : H&O, 2003. 157 p.