1er décembre

Beaucoup de pain sur la planche

André-Constantin Passiour
Commentaires

Du côté du Comité des personnes atteintes du VIH/sida du Québec (CPAVIH), plusieurs activités sont au menu pour commémorer la Journée mondiale du sida.

D’abord, une lecture publique sera organisée à l’Espace Go. Les membres et amis du CPAVIH — Jean-François Gougeon, Jean-Marie Lessard, Stéphane Nadeau, Alain Olivier et Daniel Pïcard — liront des textes tirés d’œuvres (pièces de théâtre, poèmes, etc.) écrites par des auteurs décédés du sida. Toute la soirée et la mise en scène ont été concoctées par Ives D. Gauthier, responsable de "VIH des arts" au CPAVIH. M. Gauthier a choisi des textes de Jean Basile, Denis Bélanger, Luc Caron, Jean-Gilles Godin et Paul Huguet-Latour pour souligner cette journée de deuil, de réflexion, mais aussi d’espoir.

Le CPAVIH "a décidé de rendre hommage aux auteurs québécois décédés du sida. D’une durée d’une heure, le spectacle présentera des textes mis en scène et interprétés en majeure partie par des comédiens vivant avec le VIH/sida", de dire M. Gauthier. Le prologue, l’épilogue et les textes d’enchaînement ont été écrits par Pierre Manseau, auteur vivant avec le VIH. Gauthier lira aussi un extrait de son texte commémoratif À toi Francis in memoriam.

Le tout se déroulera à 20h, à l’Espace Go (4890, boul. Saint-Laurent, Montréal).

Campagne de sensibilisation

Comme cela se produit depuis quelques années, le CPAVIH lancera également une campagne médiatique, avec l’appui de la compagnie Diesel, comprenant des annonces radio et des affiches. "L’objectif de cette campagne est de corriger la perception, dans la population en général, du VIH/sida. Les gens ont la perception que toute la question du sida est réglée, qu’on n’en meurt plus et que les médicaments guérissent la maladie. Mais le fait est que le sida tue encore et que les médicaments ont des conséquences sur la qualité de vie et sur la santé physique et psychologique des personnes vivant avec le VIH", indique le nouveau directeur du CPAVIH, Luc Gagnon.

On vise donc la prévention, pour que les gens soient sensibilisés et que s’arrête l’augmentation des cas de VIH. "Car il faut bien comprendre que la lutte n’est pas finie et qu’il y a plein d’enjeux sur lesquels il faut continuer à travailler pour aider les personnes vivant avec le VIH", de rajouter M. Gagnon.

Par ailleurs, le CPAVIH rappelle aux personnes intéressées que, même si la ligne Info-sida n’existe plus, l’organisme offre le service d’info-traitements et de soutien juridique.

Pour toute info concernant ces activités: CPAVIH (514) 521-8720 ou www.cpavih.qc.ca.

 

  Envoyer cet article

1er décembre

Beaucoup de pain sur la planche

D’abord, une lecture publique sera organisée à l’Espace Go. Les membres et amis du CPAVIH — Jean-Fr (...)

Publié le 20 novembre 2003

par André-Constantin Passiour