Élections provinciales : Que feront-ils pour nous?

Deux partis se prononcent

Yves Lafontaine
Commentaires

Invités par des organismes porte-parole des communautés gaie et lesbienne à se prononcer à l’occasion de la campagne électorale québécoise et prendre position sur les grands enjeux de nos communautés, le parti québécois et le parti libéral ont tenu chacun une rencontre de presse plus tôt cette semaine pour exprimer leurs engagements. Jusqu’à présent, le parti de l’Action démocratique du Québec n’a toujours pas répondu à l’appel.

Les engagements péquistes
Suite à une rencontre avec plusieurs intervenants du milieu communautaire, M. André Boulerice, candidat et député de la circonscription Sainte-Marie-Saint-Jacques et ministre délégué aux Relations avec les citoyens et à l'Immigration, a rencontré les médias, lundi dernier (24 mars), afin de leur dévoiler les engagements d'un éventuel gouvernement du Parti Québecois concernant les communuatés gaie et lesbienne, advenant sa réélection.
Un prochain gouvernement du Parti Québécois s'engage à déposer à l'Assemblée Nationale du Québec une motion décrétant le 4 juin Journée nationale de lutte contre l'homophobie. Cette journée dont l’organisation est l’œuvre de la Fondation Émergence a déjà reçu le soutien financier du ministère des Relations avec les citoyens, dirigé par M. Boulerice.

Par ailleurs, dans le même esprit, le gouvernement a subventionné l'élaboration d'un guide pédagogique démystifiant l'homosexualité, produit pr le GRIS-Montréal, et il s'engage à soutenir sa diffusion sur tout le territoire du Québec.

Un gouvernement péquiste continuera de soutenir financièrement des organismes offrant des services tenant compte des réalités locales. Il s'engage à étendre de telles initiatives afin de répondre aux besoins des personnes gaies et lesbiennes peu importe l'endroit où ils habitent. M. Boulerice a tenu à souligner que le financement des organismes gais et lesbiens n'était que de 20 000 $ par année en 1994 quand le PQ est arrivé au pouvoir, il dépasse maintenant le cap des six millions. Entre autres, M. Boulerice gouvernement s'engage à donner à Gai-Écoute les moyens financiers de répondre 24h/24h et 7 jours sur 7 "Oui, j'écoute…"

Le gouvernement s’il est réélu s'engage à prendre en compte les réalités gaies et lesbiennes dans la conception de ses politiques et à encourager toute initiative qui fera connaître les droits des personnes gaies et lesbiennes.
Quant à la proposition de la création d'un institut de la condition homosexuelle, elle est accueillie avec joie et le Ministre Boulerice entend défendre cette demande auprès de ses collègues.

En terminant, le candidat péquitse et Ministre sortant a indiqué qu'il souhaitait que le gouvernement et la communauté gaie et lesbienne continuent leur collaboration concertée.

Du côté des libéraux
Lors de la conférence de presse du parti libéral, qui s’est tenue le lendemain, les candidats libéraux Nathalie Rochefort et Richard Brosseau ont annoncé qu’un gouvernement libéral s’attaquerait en priorité à l’homophobie. Principalement, Jean Charest, chef du Parti libéral du Québec (PLQ) s’est officiellement engagé à soutenir l’initiative de la Fondation émergence consistant à faire du 4 juin la journée nationale de lutte contre l’homophobie. Par ailleurs, la candidate libérale et députée sortante Nathalie Rochefort a pris soin de rappeler l’engagement indéfectible de son parti sur les questions gaies, et a ajouté qu'il était "maintenant temps de travailler à une meilleure reconnaissance sociale des personnes homosexuelles".

Le PLQ s’engage également à soutenir les programmes d’information et de lutte contre la discrimination en milieu scolaire. Les candidats libéraux ont annoncé leur volonté d’aider le service Gai Ecoute à devenir accessible 24h/24 et 7 jours/7. Richard Brosseau, candidat dans le comté où est situé le quartier gai de Montréal proposera, une fois élu à l’Assemblée nationale, la tenue d’une commission parlementaire pour faire le point sur les réalités homosexuelles à travers le Québec.

Présent lors de la conférence de presse, Laurent McCutcheon, président de la Fondation émergence, considère quant à lui qu’un secrétariat à la condition homosexuelle serait préférable. Cette structure n’ayant pas les faveurs du PLQ, M. McCutcheon a finalement fait remarquer que "le temps des commissions est révolu, il faut maintenant donner de vrais moyens".

 

  Envoyer cet article

Élections provinciales : Que feront-ils pour nous?

Deux partis se prononcent

Les engagements péquistes Suite à une rencontre avec plusieurs intervenants du milieu communautaire, (...)

Publié le 27 mars 2003

par Yves Lafontaine