La fabrique "à succès"

Le backtrack

Claudine Metcalfe
Commentaires

Il y a de l’action au Backtrack! Les rénovations apportées au Club Sandwich ont entraîné quelques changements à la discothèque. Elle est révolue l’époque du bar la Track et de sa discothèque. Aujourd’hui, mis à part le petit bar d’origine qui donne sur la rue, tout est différent. La grande discothèque communique dorénavant, par un majestueux escalier, avec le Club Sandwich dans une salle de type lounge, endroit idéal pour prendre une bouchée entre deux stépettes.

Si le nom Backtrack vous fait penser à backroom, vous faites fausse route. "Le nom veut dire que la musique et l’ambiance sont celles que l’on retrouvait dans les boîtes de nuit gaie avant l’époque de la célèbre Track", explique Luc, l’un des responsables du bar. On se rappellera que ce style très populaire lancé par la Track, a fait des émules depuis. La Track avec son style de musique, son ambiance, ses espaces très sombres où la drague était facile, a fait école dans le milieu. Voilà que les gens du Complexe Bourbon, innovateurs et remplis d’idées, ont lancé les soirées Hit Factory, les vendredis, et les samedis High Energy. Il s’agit de soirées appelées Fun Bar, c'est-à-dire qu’elles offrent un lieu de rendez-vous pour les gens qui aiment sortir en groupe ou se retrouver pour s’amuser. C’est dans le local de l’ancien Mississippi que les gens se rencontrent autour du grand bar central et dansent sur la très grande piste.

Ce n’est pas un cruising bar ou un espace lounge, mais une vraie discothèque dans la plus pure tradition, avec ses décibels hyper élevés, du genre Saturday Night Fever. Cela ne veut pas dire que l’ambiance est celle des années 70, mais que la musique, la danse et le plaisir sont au rendez-vous. Et rassurez-vous, la drague est excellente. Comme le dit Patrick, 31 ans, habitué de l’endroit : "Je suis passé par hasard un vendredi soir ici et jamais je n’aurais pensé avoir un hit durant la soirée. J’aime danser, m’amuser… Je pensais avoir plus de chance dans d’autres circuits, pour des rencontres hot! Mais ça m’est arrivé ici aussi. Ici, c’est sans prétention, souvent les gens sont plus décontractés et le premier contact s’établit facilement. Qui sait où l’amour se pointe?", dit le clubbeur.

Au Backtrack, une clientèle mixte danse et s’amuse sur de gros canons des années 90 et de la musique actuelle le vendredi. Le samedi, on s’inspire des vidéoclips projetés sur grands écrans, en donnant la vedette aux succès des années 80. "Impossible de ne pas danser ici, les D.J. qui surplombent la piste de danse font tourner succès après succès, ça n’arrête pas, c’est un feu roulant. J’aime ce type de soirée : on est de bonne humeur. Pas de techno ni de danse sociale, pas de beat répétitif et martelant, pas de chill room et toutes ces fantaisies", dit Johanne, 37 ans, qui vient un samedi par mois avec ses amies pour s’amuser. Mario Léonard y fait un retour attendu (anciennement le SON de la Track) en duo avec le très apprécié Daniel Lauzon qui se charge des achalandés samedis soirs. Régulièrement, des prestations live sont au programme avec des bands qui ont connu leur heure de gloire et qui font de petits spectacles pour les vrais amateurs. Ainsi, le 21 février dernier, Denise Lepage du défunt groupe Lime a donné tout un show! "Durant la période de gloire des années disco et new wave, il y avait beaucoup de groupes qui se produisaient et connaissaient un vif succès. Ce que l’on ne sait pas, c’est que plusieurs étaient originaires de Montréal, et nous aimons les faire revivre sur scène", explique Luc.
Des soirées hommage sont aussi au programme régulièrement, de quoi passer de beaux moments de plaisir, surtout si vous sortez en petit groupe.
BackTrack, 1592, rue Sainte-Catherine Est.

 

  Envoyer cet article

La fabrique "à succès"

Le backtrack

Si le nom Backtrack vous fait penser à backroom, vous faites fausse route. "Le nom veut dire que la (...)

Publié le 27 mars 2003

par Claudine Metcalfe