Les Amazones

Dix ans d’amour et d’amitié dans le plein air

Claudine Metcalfe
Commentaires

Un des plus impressionnants groupes de lesbiennes souligne son dixième anniversaire dans quelques jours : les Amazones. Elles sont impressionnantes, ces amantes de la nature parce que, depuis 10 ans, elles organisent des activités de plein air dans une ambiance saine et agréable. Peu de groupes de lesbiennes passent un cap aussi important, et c’est tout un hommage qu’elles méritent!

Nous avons parlé à Lou Lamontagne, tout juste revenue d’une merveilleuse randonnée de raquettes de montagne avec son groupe au parc du Mont-Tremblant. C’est elle qui a eu l’initiative de former un groupe de lesbiennes amoureuses de plein air, juste pour le plaisir de se retrouver entre nous. Forte de son implication dans le milieu lesbien avec l’école Gilford dans les années 80, celle qui était connue pour son band "Ma chum", celle qui était impliquée socialement, cette militante déterminée, a décidé de briser l’isolement dans lequel se retrouvent trop souvent les lesbiennes et a fondé le groupe des Amazones. Certes, plusieurs couples s’y sont formés, mais surtout de magnifiques amitiés sont nées. "Beaucoup de femmes se rencontrent hors zone, et ces magnifiques liaisons sont une des beautés du réseau", dit Lou.

Après trois années de labeur, Lou croulait sous le travail bénévole qu’exige une organisation de cette envergure. Plusieurs femmes l’ont rejointe et, grâce à leur grande capacité d’organisation et leurs connaissances, elles sont devenues des piliers du groupe. Nous pensons aux Sylvie Vermeulen, Anne Desaulniers, Léonie Couture, Katerine Mhun, Françoise Cott, Sylvie Audoin et Sylvie DeGuire, entre autres. "Il y a tant de femmes qui sont impliquées qu’il m’est difficile de les nommer! Je tiens à les remercier de tout cœur, c’est grâce à un formidable travail d’équipe que les Amazones peuvent souligner 10 années de solidarité, grâce à toutes celles qui ont été des piliers, mais aussi celles qui ont donné un coup de main aux envois postaux, à l’organisation de randonnées, à la recherche de nouvelles sorties, aux journées portes ouvertes!" nous dit la gagnante d’un prix Arc-en-ciel, en 1994-95, pour souligner son implication dans la communauté.

Au fil des ans, ce sont plus de 170 membres qui participent aux activités allant de calibre très facile (marche, patin au parc Lafontaine) aux randonnées pour femmes plus expérimentées (kayak, randonnées de montagne). "Le plus important est que les femmes se sentent appartenir à un groupe homogène, soit des amies qui ont le même genre de mode de vie en harmonie avec la nature. De plus, nous voulons transmettre l’histoire aux plus jeunes, partager nos connaissances avec la relève, ces jeunes femmes déterminées qui aiment savoir et comprendre", précise Lou.

Elles sont devenues une communauté dans une communauté avec tous les liens d’amitié qui se sont tissés, la solidarité et l’ancrage solidifiés. Les femmes qui viennent pour la première fois sont presque toujours seules dans la vie, vivant une rupture, n’ayant plus de vie sociale. Elles se refont rapidement un réseau et cette œuvre est essentielle.

Rappelons que le code d’honneur individuel en nature est de mise. Tout le monde se sent concerné et personne ne pollue ou n’endommage l’environnement avec quoi que ce soit (musique exagérée, mégots de cigarette, contenants de plastique, etc.). C’est ce qui a beaucoup impressionné Mirelle Dufresne, une de celles que Lou qualifie de merveilleuse relève.

Après plusieurs années de militantisme, Mirelle, 27 ans, cherchait il y a deux ans un groupe afin de rencontrer des amies. "Comme j’aime le plein air, j’ai pensé aux Amazones. Quelle bonne idée ai-je eu! J’ai découvert une gang de femmes superbes avec qui il fait bon être, se retrouver, échanger et vivre intensément", nous confie Mirelle Dufresne. Elle qui s’est tant impliquée à Jeunesse Lambda a trouvé chez les Amazones un regroupement social dans sa vraie définition. "Ce n’est pas du tout un groupe de rencontre ni des ateliers de soutien, mais bien une synergie entre femmes qui aiment la nature. Tout est sain, paisible entre les participantes, c’est un baume, un bienfait que de participer à ce groupe. Les femmes sont plutôt du genre écologique et ne font pas de concession. Ce sont des femmes accomplies qui s’affirment et s’acceptent comme lesbiennes et femmes. C’est bon de partager de beaux moments avec elles", dit Mirelle.

De fil en aiguille, Mirelle s’est impliquée comme coordonnatrice des groupes de plein air, pour les petites randonnées. "Nous devons toujours avoir deux responsables pour chacun des groupes de 10 participantes afin d’assurer la sécurité. Les responsables ont des trousses de premiers soins et possèdent une formation de secourisme pour le support immédiat… comme les piqûres d’abeilles!" dit Mirelle avec le regard vif, se remémorant des anecdotes et des histoires de feu de camp! "Nous vivons parfois des expériences si intenses, que ce soit la solidarité lors d’une tempête de vent ou pour soigner une amie qui a un pépin. Vivre en harmonie les unes avec les autres, être proches de l’âme humaine, être en contact avec la nature et vivre des amitiés sincères, quelle belle aventure!" ajoute Mirelle. Quand on grimpe le Mont Lafayette pendant huit heures en bravant le froid et en faisant face à la nature, les émotions sont si fortes que les liens entre les participantes se créent rapidement et sont inoubliables. Ces femmes ont un grand respect de la nature, de l’autre et de soi.
Comme la demande est forte, en plus des activités aux membres, il y a maintenant des activités spontanées pour celles qui veulent participer sans devenir membres ou pour celles qui préfèrent ne pas réserver leur place à l’avance.

Pour souligner le dixième anniversaire, les Amazones préparent une grande fête. Avis à toutes celles qui ont été membres ou ont participé à diverses activités! Depuis l’automne dernier, un comité prépare une soirée de retrouvailles pour le 11 avril. La traiteure Johanne Melançon et son collectif de femmes se chargent du buffet. Les festivités promettent : grand concours de photos, témoignages, prix de présence, prestation de Johanne Coulombe. Ça promet d’être mémorable! "C’est un cadeau que l’on offre aux membres, une façon de dire un gros merci!" ajoute Lou.

Réservez vite en envoyant un chèque de 6$, avant le 1er avril, libellé au nom de Lou Lamontagne, 4436, rue Fullum, Montréal, QC H2H 2J7. Pour plus de renseignements : (514) 525-3663.

 

  Envoyer cet article

Les Amazones

Dix ans d’amour et d’amitié dans le plein air

Nous avons parlé à Lou Lamontagne, tout juste revenue d’une merveilleuse randonnée de raquettes de m (...)

Publié le 27 mars 2003

par Claudine Metcalfe