Arrondissement Ville-Marie

De nouveaux programmes en chantier

André-Constantin Passiour
Commentaires

En marge de l'allocution prononcée en novembre par le président de l'arrondissement Ville-Marie, Martin Lemay, devant les membres de la Chambre de commerce gaie du Québec et de la Jeune chambre de commerce de Montréal, on voyait poindre à l'horizon une ébauche de programmes destinés à appuyer les efforts de divers organismes d'affaires, sociaux et culturels du quartier. On désire d'abord et avant tout que le développement du quartier, qui comprend les districts de Peter-McGill, St-Jacques et Ste-Marie, se fasse de manière harmonieuse puisque la plupart des événements majeurs de Montréal, tels que les festivals de Jazz, Juste pour rire, Divers/Cité ou le Grand Prix, se déroulent dans ce secteur de la ville. On estime à 800 le nombre d'activités diverses s’y déroulant annuellement.

Des programmes seront ainsi mis sur pied afin de soutenir financièrement les organismes dans les domaines économique, sociocommunautaire et culturel. On sait qu'en raison de l'étendue de l'arrondissement, on retrouve de nombreux regroupements de commerçants, des organismes communautaires et de loisirs et de multiples intervenants culturels. "Présentement en phase d'élaboration, ces programmes proposeront des modalités d'allocation de fonds qui seront transparentes et qui nous permettront de travailler encore plus étroitement avec le milieu", avait indiqué M. Lemay.

"On souhaite mettre en place un processus d'évaluation limpide, un calendrier d'attribution clair et des modalités d'allocation de fonds qui sont transparentes et non arbitraires pour les nombreuses demandes d'aide financière que nous recevons. C'est l'objectif que l'on poursuit en créant ce programme", a ajouté le conseiller de St-Jacques, Robert Laramée. Ces programmes d'aide seront financés à même les surplus budgétaires de l'arrondissement.

Réévaluer les événements
Si l'on compte l'ensemble des activités qui se déroulent dans le quartier, soit les foires commerciales et ventes trottoirs, les événements culturels majeurs (festivals), les fêtes de quartier et ethnoculturelles (comme dans le Quartier chinois ou dans le Village gai) ou les événements sportifs tel que le Grand Prix.

"En tant qu'élus, nous sommes confrontés à des choix qui ont un impact auprès de la population qui, elle, nous interpelle tant sur la quantité des événements que sur leur qualité. C'est donc à la suite des commentaires et des plaintes des citoyens et des citoyennes de l'arrondissement que nous souhaitons revoir notre façon de gérer ces événements", a commenté M. Laramée.
Les fonctionnaires de l'arrondissement se voient donc confier le mandat d'élaborer une politique de gestion pour les événements à caractère festif et commercial. Les dirigeants de l'arrondissement désirent une meilleure harmonie entre la quiétude et la qualité de vie des citoyens et le développement des événements qui attirent toujous plus de visiteurs et de touristes.

Il est évident que le bruit, la malpropreté, les rues fermées à la circulation et le manque d'espaces de stationnement pour les résidants tels que générés par ces activités nuisent en partie à la vie quotidienne des habitants du secteur. "Impliquer les intervenants, rechercher le juste équilibre entre les différentes fonctions urbaines, voilà les balises de notre stratégie du développement de Ville-Marie", a dit le président de l'arrondissement

 

  Envoyer cet article

Arrondissement Ville-Marie

De nouveaux programmes en chantier

Des programmes seront ainsi mis sur pied afin de soutenir financièrement les organismes dans les dom (...)

Publié le 23 janvier 2003

par André-Constantin Passiour