L’art gai donne une visibilité aux gais en région

Le Corps gay

André-Constantin Passiour
Commentaires

Première exposition majeure à thématique gaie à se tenir hors des contours de l'île de Montréal, Le Corps gay vient de se terminer à Saint-Jérôme. Mais ses répercussions vont au-delà de l'enceinte du Vieux-Palais où elle se tenait. Elle a permis aux gais et lesbiennes des Laurentides de s'y rencontrer et de rendre ainsi plus visible une communauté qui, autrement, se fond dans le paysage majestueux de cette région.

Inaugurée le 8 septembre, cette expo prenait fin le 3 novembre dernier. "En tout, l'expo a attiré plus de 1 500 personnes, ce qui est exceptionnel si l'on prend en compte le fait que, comparée aux autres expositions, il n'y a pas eu de visites scolaires. Donc, elle a attiré plus de gens pendant les week-ends qu'en temps normal. Les gens sont aussi venus de toutes les régions : de Montréal, de Québec, de Trois-Rivières, de Toronto, d'Ottawa et, bien sûr, des Laurentides. Je crois d'ailleurs qu'il n'y a pas un seul gai des Laurentides qui ne l'ait vue. Cela les a fait sortir de l'ombre", estime le commissaire de l'expo, Karl-Gilbert Murray. Autant les gais et les lesbiennes que les hétéros ont visité l'expo, a indiqué M. Murray.

Rappelons que cette manifestation d'arts visuels regroupait près de 80 œuvres de 25 artistes, dont certains de renommée internationale, questionnant la représentation de l'homosexualité dans l'art. Des artistes tels que Evergon, Yvon Goulet, Anne-Marie Labelle, Robert Laliberté, Martial, Attila Richard Lukacs, Carlos Quiroz et Johannes Zits, entre autres, étaient du nombre.

Bien sûr, les médias gais ont salué cette exposition hors des murs du Village gai de Montréal. Dans la région, à part le journal des gais L'Intime, l'hebdo Accès a consacré son édition du 4 octobre à la communauté gaie locale. Un dossier de huit pages, en plus de l'éditorial, traitait de différents sujets se rapportant aux gais et lesbiennes, de l'union civile à la littérature, en passant par les activités des groupes de la région. "Je crois que l'expo les a, d'une certaine manière, réveillés, poursuit M. Murray. Elle a eu des effets bénéfiques sur les Laurentides. Que L'Accès parle de la communauté gaie de la région, c'est une première et cela prouve l'impact qu'a eu l'expo, qui dépasse le simple cadre artistique pour toucher au social."

"Je trouve cela absolument incroyable que quelqu'un ait fait ce travail colossal de rassembler autant d'artistes. Je suis très fier d'avoir participé à une telle exposition qui m'a permis de rencontrer d'autres artistes. Cela fait très longtemps qu'il n'y avait pas eu une expo collective qui suscite la discussion sur l'art et les artistes gais. J'ai apprécié le dévouement de M. Murray [...]", de commenter Carlos Quiroz, qui participera en 2003 à la Biennale de Lima (Pérou). Karl-Gilbert Murray songe maintenant à une expo avec de jeunes artistes gais qui se questionnent sur la sexualité et l'identité.

 

  Envoyer cet article

L’art gai donne une visibilité aux gais en région

Le Corps gay

Inaugurée le 8 septembre, cette expo prenait fin le 3 novembre dernier. "En tout, l'expo a attiré pl (...)

Publié le 05 décembre 2002

par André-Constantin Passiour