Quelle réalité ?

Hockey sur glace féminin et identité sexuelle

Hector Cartier
Commentaires

La rumeur veut que la plupart des joueuses de hockey sur glace soient gaies. Dans les faits, beaucoup le sont effectivement. Mais combien exactement et pourquoi y en aurait-il autant? Une étudiante en psychologie du sport à l’Université de Montréal a choisi de s’intéresser au hockey sur glace féminin et à l’identité sexuelle pour son mémoire de maîtrise. Voici un résumé de son étude.

Le questionnaire
La recherche s’appuie sur un questionnaire construit spécialement pour étudier le hockey sur glace féminin et l’identité sexuelle. Ce questionnaire a été rempli par 48 sujets jouant tous dans la même ligue féminine compétitive. Cette ligue a été choisie pour sa proximité avec la ville de Montréal et pour le grand nombre de joueuses disponibles (cette ligue féminine est la plus importante au Québec).
Le questionnaire a interrogé les participantes sur quatre points principaux :

- Le contact avec des personnes gaies ou bisexuelles.
- L’accès à la culture gaie.
- L’influence du milieu du hockey féminin sur la découverte et l’affirmation de l’identité homosexuelle ou bisexuelle.
- Le degré d’ouverture du milieu du hockey féminin par rapport à l’homosexualité ou la bisexualité.

Des chiffres qui interpellent mais…
Ce que tout le monde veut savoir, c’est "combien y en a-t-il ?" Sur les 48 sujets ayant participé à l’étude, 19% se déclarent hétérosexuels, 67% homosexuels, 10% bisexuels et 4% sont indécis quant à leur identité sexuelle. En d’autres termes, c’est 77% des sujets, donc les trois quarts, qui sont gais ou bisexuels. Et si on ajoute les sujets indécis qui, par leurs réponses, auraient plutôt tendance à pencher du côté de l’homosexualité ou de la bisexualité, c’est 81% des sujets qui ne sont pas straight. Mais comme ces chiffres proviennent d’une étude effectuée dans une seule ligue et ne portant que sur 48 sujets, il faut donc être prudent dans leur interprétation. Ces résultats sont peut-être généralisables à l’ensemble de cette ligue mais vouloir les appliquer à l’ensemble du milieu du hockey sur glace féminin au Québec, voire au Canada, est risqué avant d’avoir réalisé d’autres études avec plus de sujets et dans différentes ligues. Ceci dit, une observation moins formelle du milieu aurait tendance à confirmer ces premiers résultats.

Les résultats
L’analyse des réponses a fait ressortir que :
- Il existe une forte présence de personnes gaies ou bisexuelles dans le milieu du hockey féminin.
- Le milieu du hockey féminin favorise l’accès à la culture gaie qui est représentée principalement par les bars ou discothèques.
- Il arrive que le milieu du hockey féminin exerce une influence sur la découverte de l’identité homosexuelle ou bisexuelle et permette l’affirmation de cette identité sexuelle.
- Le degré d’ouverture du milieu du hockey féminin par rapport à l’homosexualité ou la bisexualité est très grand.
La synthèse de ces résultats a débouché sur la proposition d’un modèle de formation de l’identité homosexuelle ou bisexuelle en lien avec la pratique du hockey sur glace.

Conclusion
Les recherches concernant le sport et l’identité sexuelle sont assez rares et celles sur le hockey sur glace féminin encore plus. Cette étude avait comme objectifs de combler ce "vide scientifique" et de servir de point de départ à d’autres recherches. Maintenant, après un mémoire de maîtrise, c’est une thèse de doctorat qui va être consacrée au même sujet. À suivre donc !

Vous pouvez adresser vos commentaires ou questions à l’adresse suivante : barbara_ravel@hotmail.com

 

  Envoyer cet article

Quelle réalité ?

Hockey sur glace féminin et identité sexuelle

Le questionnaire La recherche s’appuie sur un questionnaire construit spécialement pour étudier le h (...)

Publié le 14 novembre 2002

par Hector Cartier