Patrick Pépin & Duy

Tout en légèreté

André-Constantin Passiour
Commentaires
Le 5 septembre dernier, exceptionnellement à Musique+, les designers Duy et Patrick Pépin présentaient en duo leurs collections estivales, le premier pour femmes, et le second pour la gent masculine. Fluidité, transparence et pureté sont ici des mots clés pour ces créateurs montréalais.Pour l'été prochain, Patrick Pépin, qui en est à sa troisième saison, propose des vêtements faits dans les lins et les soies les plus purs ainsi que les lainages les plus fins. Mariant notamment les teintes de blanc, crème, noir et jaune, Pépin crée des ensembles parfois classiques avec du blanc et noir tout en détournant justement ce classicisme grâce, par exemple, à la transparence de la chemise et à la ligne du pantalon taille basse. La chemise se portera ainsi près du corps, mais se déclinera de maintes façons: avec deux boutons seulement, dégageant ainsi la poitrine, coupée dans une matière transparente ou semi-diaphane, ou encore sans manches ou avec des manches au tissu plus mince. Parions que la chemise noire en soie travaillée et translucide sera un succès dans les clubs branchés pour un look plutôt sexy... Les camisoles ajustées (ou t-shirts sans manches) sont encore de mise pour survivre à la canicule, elles aussi dans des matières laissant parfois entrevoir le torse masculin. Le pantalon n'est bien sûr pas réinventé, mais il est redéfini par sa plus simple fonction et galbe, en général, la courbe des fesses que la minceur du lin met particulièrement en valeur.

Pépin, qui a travaillé chez Louis Féraud (Paris), Marie St-Pierre et Yso, dit avoir conçu cette collection avec, en tête, "des vêtements aux lignes pures, simples, mais qui proposent quelque chose de différent que les hommes n'ont pas encore dans leur garde-robe". Pépin a aussi dessiné les uniformes du personnel du fameux resto-club Newtown. Simplicité!

Celle-ci est également le mot d'ordre du designer Duy. Ici, l'influence du Sud-Est asiatique, d'où Duy est originaire, se fait sentir par ses formes organiques et ses plissés, référence à l'art origami harmonieux et serein. N'utilisant que des fibres naturelles tels la soie, le coton, le lin et l'organdi, Duy, tout comme Pépin, réaménage l'utilisation du noir et blanc pour séduire la femme qui veut plaire. Si l'été 2003 est aussi chaud que celui de 2002, tant mieux! Duy propose des robes et blouses légères à bretelles dégageant les épaules et offrant le confort. On pourra ainsi porter une blouse à bretelles blanche avec une jupe aux rayures noires et blanches. L'Asie est très présente dans une robe fluide et rayonnante jaune soleil. Elle le sera aussi dans de nombreuses pièces comme cette autre robe en soie brune luisante. Duy, le temps d'un pantalon, a aussi ramené le style "afghan". Pour Duy, cette saison sera placée sous le signe de la "poésie des lignes... soit épurer la collection pour n'en garder que l'essentiel et mettre en valeur les coupes et les tissus", indique-t-il. C'est également pour Duy une troisième collection. Pépin et Duy font ainsi partie de cette nouvelle génération montante de designers québécois qu'il nous sera sûrement donné de voir plus fréquemment à l'avenir.