Denis Gagnon

En finesse et en fleurs!

André-Constantin Passiour
Commentaires
Durant la Semaine de la mode à Montréal, qui s’est déroulée du 3 au 6 septembre dernier, le designer Denis Gagnon avait élu domicile dans un hangar du Vieux-Port pour présenter ses créations printemps-été 2003. Si Denis Gagnon a choisi des tissus dans des teintes de noir ou blanc, il égayera aussi la garde-robe par des fleuris colorés inspirés de la Slovénie, et ce, autant pour la femme que pour l'homme. Originale et inusitée sont des adjectifs qui conviennent bien à la quatrième collection de ce designer originaire du Lac Saint-Jean. Le défilé a d'ailleurs débuté par des vêtements d'une blancheur virginale, mais dont la légèreté et la transparence laissaient entendre un discours plus hédoniste que biblique. Portées par un homme, ces chemises faites de mousseline diaphane deviennent non conventionnelles. Parfois, des plis s'ajoutent aux blouses, aux jupes ou aux chemises. Particulièrement pour de jeunes hommes, le noir se décline aussi en tissus légers, plus ajustés ou amples, laissant entrevoir la peau et les formes du corps.

Portés sans bobettes, ces pantalons seraient tout à fait indécents, à moins que... Gagnon réutilise aussi le pantalon nautique en lui ajoutant des bandes de taille en cuir noir ou des agrafes sur toute la longueur de la jambe. Clou de ce défilé de mode: une chemise noire longue (jusqu'aux chevilles) pour hommes, fendue sur les côtés à l'indienne, qui s'est attiré l'admiration et les applaudissements des spectateurs ravis. Portée sur un pantalon léger, cette tunique était à la fois monacale par sa longueur et sexy par sa transparence. Franchement différent! Bien sûr, on associe Denis Gagnon au cuir et celui-ci était bien présent, hachuré, découpé comme seul ce designer sait le faire. Cette matière devient si mince et froissée que l'on a peine à la reconnaître, la prenant même pour du coton, tellement elle est souple. Quelques vestons de cuir agrémenteront ainsi les soirées estivales en laissant filtrer l'air pour plus de confort... Vivement que l'été revienne!