Hétérosexualisé...

Sylvain Delongpré
Commentaires
Du jour au lendemain, je me retrouve sans emploi. Je déteste cette situation, je déteste aller porter des C.V. et, surtout, je déteste passer des entrevues. Tout ça pour quoi? Pour finir par me faire dire: - "Je n'ai pas retenu ta candidature, j'ai trouvé quelqu'un d'autre, et bla... bla... bla..."

Bref, je déprime autant que lorqu'on m'a informé du retour de la mode des années 80...

Afin de me changer les idées, Rachel m'invite à souper chez elle avec Simon et Martin. Pour une raison que j'ignore, la rue Sainte-Catherine est encore barrée. Je marche donc librement, en plein millieu de la rue. Génial! Je suis dans la rue physiquement et socialement.
M'enfin...

Chez Rachel, entre les hamburgers et le vin rouge, nous nous dévoilons. Simon nous annonce qu'il a couché avec son ami gai très fashion victim.

- "La pire baise de toute ma vie!" avoue-t-il. Martin, lui, nous parle de sa nouvelle flamme. Quelqu'un d'ouvert d'esprit, drôle et spirituel... Une fille du nom de Valérie...

- "Avez-vous couché ensemble?" demande Rachel.

- "Pas encore, mais vous savez ce qu'on dit, une bouche est une bouche, un trou est un trou!"

- "Effectivement, je réponds, c'est très spirituel!"

Mais je ne peux que me poser la question suivante : comment un garçon de 20 ans, qui a baisé avec autant d'hommes qu'Emmanuelle-l'anti-vierge, peut se lever un bon matin et prétendre être amoureux d'une fille? Mais bon, je n’insiste pas et je laisse passer!

Soudain, on sonne à la porte. Rachel nous apprend qu'il s'agit de Guillaume, un mec de son boulot. Avant d'ouvrir la porte, elle nous prévient de bien nous tenir et que, devant lui, "nous ne sommes pas gais". Je suis pris de panique. À moitié saoul, entouré de mes amis, difficile d'avoir l'air hétéro, d'autant plus que le Guillaume en question est terriblement sexy.

Après son départ (Ah! Libération!), nous parlons de ces chers hétéros... Ils nous font fantasmer (comme John-le-magnifique, ce barman qui nous laisse espérer), mais ils restent inaccessibles. Mais j'y pense, ne serait-ce pas justement parce qu'ils sont intouchables qu'ils sont si craquants? C'est dur la vie...
Deux semaines plus tard, je croise Martin au hasard d'un club. Je lui demande des nouvelles de sa Valérie.

- "Nous avons couché ensemble!"

- "Et puis?"

- "Je suis bisexuel!"

- "Quoi?"