Légendes urbaines

Sylvain Delongpré
Commentaires
Samedi soir, je vais rejoindre Rachel dans un petit resto. Attention, attention! Le bal est ouvert! Car quand la lesbienne branchée rencontre le chroniqueur au coeur de cristal, les histoires d`horreur fusent de toutes parts. Je vous préviens, ce sera sanglant! C`est l’histoire d’un mec qui, en sortant d’un club à 3 heures du matin, décide d’aller dormir au sauna. Dans sa chambre, il lui prend l’envie de faire un tour de piste, juste pour voir. Chemin faisant, il tombe sur un beau garçon. Le courant passe, ils se plaisent, ils vont dans la chambre du premier, puis, au lieu de baiser, ils se mettent à parler. Ainsi nait une belle histoire d’amour qui dure encore aujourd’hui. Je vous assure! C’est arrivé à l’ami d’un ami d’un ami à moi!

Il y a aussi le garçon qui, après une rude journée de travail, va se détendre dans un bar de danseurs nus. Plus tard, il se paie une danse privée et se réveille le lendemain avec des morpions dans les sourcils...
Rachel me raconte son histoire. Elle va dans un bar où elle rencontre une fille superbe (genre Caroline Néron) avec de gros seins fermes sous un soutien-gorge noir. Pour faire une histoire courte, lorsque le soutien-gorge est tombé par terre, Rachel constate avec horreur que les seins de la fille tombaient et tombaient eux aussi...
De mon côté, rien de neuf. Je suis toujours célibataire. J’ai vaguement fréquenté un ou deux mecs, mais sans jamais avoir l’impression qu’ils était les bons. Ma petite âme romantique est bien déçue...

En sortant du resto, nous nous rendons dans un club gai récemment réouvert. À la terrasse, un beau jeune homme de 19 ans vient s’asseoir à côté de moi. Plus tard, il nous explique qu’il est en train d’espionner son copain assis un peu plus loin avec un autre. Soudain, il se lève et souffle :
- " Ils s’en vont danser, je vous laisse!"
Je me tourne vers Rachel pour lui dire:
- "C’est rien qu’à moi que ça arrive! Quand, enfin, un beau garçon m’aborde, c’est pour mieux observer son copain dont il est jaloux."

Par curiosité, Rachel et moi descendons à la piste de danse. Nous n’avons jamais retrouvé le jaloux, mais la première chanson que nous avons entendue a été Murder on the dance floor...

Plus tard, en commandant un verre au charmant John-le-Magnifique, je tombe sur Evelyne, une amie lesbienne dont je suis sans nouvelles depuis des siècles. Elle est accompagnée par sa copine, Carrie, une Anglaise d’origine. Cette dernière me présente à Paul, son meilleur ami. Il est là, devant moi, dans toute sa beauté. Il passe la soirée avec moi, puis toute la nuit, et nous sommes tels deux âmes sœurs enfin retrouvées. C’est l’ami d’une amie d’une amie à moi. La matérialisation d’une légende urbaine.

Et une petite voix dans ma tête me dit : c’est lui...
À suivre...