Jeune et mature

Toyota RAV4

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
La première génération de RAV4 lancée en 1997 avait amusé les spécialistes sans vraiment les séduire. Son allure rondouillarde et débonnaire, perchée sur de grandes roues, donnait au plus petit des 4X4 de Toyota des airs de grenouille à moteur. Les limites de cet exercice n'avaient pas tardé à prendre le pas sur l'image sympathique de ce petit baroudeur. Si le comportement routier était sûr, l'étroitesse de l'habitacle, le niveau sonore et le sautillement de la suspension rendaient le RAV4 particulièrement inconfortable sur les longs trajets. Enfin, il se montrait un piètre élève dès qu'il abandonnait la route pour les chemins de traverse. Dépassé rapidement par le CR-V de Honda, Toyota n'a pas tardé à réagir en proposant en 2001 la deuxième génération du RAV4. Plus grand, plus large, moins haut sur pattes, avec une ligne plus tendue, le petit véhicule utilitaire sportif (VUS) a troqué sa graisse de bambin pour des muscles d'adolescent, sans perdre pour autant son capital de séduction auprès de la clientèle jeune.

Le RAV4 dispose d'un moteur quatre cylindres de deux litres reconnu pour sa sobriété, ce qui est un atout pour ce type de véhicule souvent énergivore. Les quatre roues sont motrices en tout temps et sont accouplées à une boîte de vitesse automatique à quatre rapports particulièrement douce. La suspension est indépendante aux quatres roues et se révèle plus proche des standards d'une petite voiture que de ceux d'une camionnette. Un net progrès comparé à la génération précédente.

Le RAV4 cache sous son air effronté une docilité propre à séduire tout conducteur. Il réagit avec promptitude à toutes les sollicitations désirées. On oublierait presque à son volant que l'on conduit un 4X4, mais des virages trop serrés nous rappellent que l'on doit toujours penser à la hauteur du centre de gravité. De même, le véhicule reste sensible aux vents latéraux ou aux appels d'air qui se produisent lors de dépassements de camions sur l’autoroute. Des contraintes bien connues des propriétaires de VUS. À l'intérieur, on retrouve la qualité des matériaux qui ont fait la réputation de Toyota. Aucune excentricité, si ce n'est les trois cadrans isolés sous une même visière et qui regroupent l'indicateur de vitesse, le compte-tour et les témoins de contrôle. La nuit, le tableau de bord s'illumine de rose orangé : étrange mais pas agressant. Toutes les commandes sont regroupées autour du petit volant et tombent naturellement sous la main. La console centrale intègre le radio-lecteur de compact et le système d'aération. La disposition est irréprochable et accroît la sensation de sécurité. Le modèle essayé possédait tous les asservissements électriques possibles : les vitres, les rétroviseurs, le toit ouvrant. Seuls les dossiers des sièges avant et arrière nous ont semblé un peu durs et mériteraient plus de rembourrage pour nous faire oublier le piteux état des routes du Québec.

Le coffre est facilement et largement accessible. Son volume est suffisant même lorsque la banquette arrière est relevée et il dispose de petits rangements pratiques. Des rangements, le RAV4 n'en manque pas, et la plupart sont d'une contenance juste suffisante.

Lors de l'essai, nous n'avons pas eu l'occasion de risquer le RAV4 hors des autoroutes et des rues de Montréal. Cependant, son encombrement réduit, sa maniabilité et ses performances en font un très bon compromis. Le RAV4 est le plus petit, le plus léger et le plus économique de sa catégorie. De plus, il se classe en tête pour sa résistance en cas de choc frontal, selon les tests effectués par la presse automobile américaine. Si l'on ajoute la qualité et la fiabilité de construction de la marque, le RAV4 gagne facilement sa place sur le podium. Le modèle essayé était le plus luxueux et s'échange aux alentours de 32 000 $, un prix dans la moyenne. Difficile alors de résister.

Et pour ceux qui se demandent ce que veut dire son nom, la réponse est simple : Recreational Active Vehicule with four-wheel-drive. Il suffisait d'y penser.

Le modèle essayé était une gracieuseté de Toyota Président, 1920, rue Sainte-Catherine Ouest, Montréal. Tél.: (514) 937-7777.