Assemblée générale de la Table de concertation des gais et des lesbiennes du Québec

L'âge adulte

Denis-Daniel Boullé
Commentaires

La Table de concertation avait cette année de quoi se réjouir. Non seulement, l'équipe sortante terminait l'exercice avec une victoire historique, l'adoption de la loi sur l'union civile au Québec, mais elle pouvait passer le flambeau en toute confiance laissant aux nouveaux et nouvelles venu(e)s une structure qui compte désormais comme un des interlocuteurs reconnu et écouté pour tout ce qui touche les réalités gaies et lesbiennes.

Si l'heure était aux bilan, bilans d'une année de travail, mais bilan personnel de deux personnalités qui quittaient leur poste, Pierre Valois, président depuis trois ans, et Laurent McCutcheon, responsable la chambre socio politique depuis cinq ans, elle n'était pas empreinte de nostalgie ou de morosité, bien au contraire. L'Union civile adoptée quelques jours avant la réunion marquait l'aboutissement d'une lutte pour l'égalité des droits vieille de presque trente ans. La reconnaissance lors du Forum de Montréal de l'importance des communautés gaie et lesbiennes dans le devenir de Montréal avait de quoi donner de l'énergie aux prochains responsables de la tête. Quelques dossiers piétinent encore, mais si l'on tient compte que les membres élus au conseil d'administration sont tous bénévole, et aussi du ridicule budget annuel de fonctionnement (moins de cinq mille dollars), il est évident que des priorités se dégagent et drainent toutes les énergies.

L'éducation reste la priorité. Le résultat mitigé du Forum sur homosexualité et éducation organisé par la Commission des droits de la personne, il y a deux mois, n'a pas découragé les responsables du comité éducation de la table, conscients de la résistance des milieux scolaires et des familles à tout ce qui peut toucher la sexualité de près ou de loin. André Patry, élu sur le conseil d'administration de la Table pour la prochaine année veut lancer une coalition sur l'éducation avec des partenaires sociaux à l'image de celle créée en 1998 autour de la reconnaissance des conjoints de même. Cette coalition issue de la Table de concertation a joué un rôle important sinon décisif dans l'adoption de la loi 32 en 1999, et dans celle accordant l'union civile dernièrement.

La Table, lors de cette assemblée nationale, a adopté une motion réappuyant son soutien, son aide dans la recherche de financement à l'Algi (Association des lesbiennes et des gais sur Internet) dans sa défense judiciaire. Tout comme la Table continuera sa pression pour que la rente des conjoints survivants ne soit pas réotractive à partir des douze mois qui précèdent la demande.

L'Assemblée a tenu a remercié chaudement Laurent McCutcheon et Pierre Valois pour leur dévouement, qui se retirent alors que la Table connaît une très bonne santé. Le nouveau conseil d'administration, renouvelé au complet, comprend des personnes issues du monde syndical (André Patry, Francis Lagacé), qui ont participé aussi à la Coalition québécoise pour la reconnaissance des conjoints de même sexe, tout comme Diane Labelle et Marie-France Bureau. François Daoust de l'Algi a rejoint l'équipe ainsi que Jean-Pierre Lord, coordonateur de l'Appart de Lanaudière, qui est le premier projet d’une maison pour jeunes gais au Canada.

Il est à remarquer que chacun des membres élus a une expérience et une connaissance du milieu communautaire peu communes. Cela devrait être de bon augure tant les dossiers à suivre sont nombreux et parfois très complexes.

 

  Envoyer cet article

Assemblée générale de la Table de concertation des gais et des lesbiennes du Québec

L'âge adulte

Si l'heure était aux bilan, bilans d'une année de travail, mais bilan personnel de deux personnalité (...)

Publié le 04 juillet 2002

par Denis-Daniel Boullé