Le retour de Paulo Finocchi au Festival des Arts

2000 bites pour l’an 2000, la suite

André-Constantin Passiour
Commentaires
Lors du Festival des arts de l'an dernier, Paulo Finocchi poursuivait à Montréal son projet 2000 bites pour l'an 2000. Il était donc passé photographier des sexes en semi-érection aux bars Stud et Aigle Noir. Expérience qu'il a d'ailleurs beaucoup appréciée. Paulo Finocchi, artiste argentin d'origine italienne mais résidant en France depuis quelques années, nous revient donc avec ses photos qu'il présentera au Musée des Beaux Lézarts du festival. "J'ai fait presque 100 photos entre l'Aigle Noir et le Stud! J'ai choisi les plus belles, pas nécessairement les plus belles bites, mais les plus belles photos. On pourra en voir une cinquantaine à cette exposition. Il y a aussi mon livre et le film que l'on réalise [à Montréal] avec Louis Dionne", indique M. Finocchi. C'est sous le thème de l'interdit que se déroulera cette exposition et ce party-performance-film au Stud, le soir du samedi 6 juillet. Commencé en 1999, ce projet de 2000 bites pour l'an 2000 a mené M. Finocchi dans les bars et les backrooms de Paris, Londres, Barcelone et Bruxelles, entre autres, photographiant et filmant des pénis en posant des questions aux hommes qui se sont prêtés à ce jeu. "Mon travail est beaucoup plus profond que ce qu'il paraît: la bite, le sexe masculin est systématiquement "interdit", pourquoi? N'est-on pas en train d'interdire le désir? Dans nos sociétés modernes, on nous parle de progrès, de modernité, de liberté. Est-ce que cela est réel? Le désir, l'envie, l'excitation, ne sont-ils pas en voie d'extinction? À partir du moment où j'ai décidé de commencer ma performance 2000 bites pour l'an 2000, soit photographier l'envie dans différents endroits en Europe, j'ai senti justement le contraire: pas de progrès, pas de modernité et pas de liberté [...] L'interdiction devient ma nouvelle obsession", confie l'artiste. Initialement d'ailleurs, le party-fête érotique qu'il voulait tourner en compagnie du vidéaste montréalais Louis Dionne devait s'appeler À portes fermées et les participants à cette bacchanale devaient s'y présenter... nus! Les mœurs prudes du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ne l'auraient pas toléré, donc, on a décidé de tenir une version moins "romano-orgiaque" de l'événement. Encore des interdits!

Exposition "Interdit" de Paulo Finocchi, au Musée des Beaux Lézarts (1331, rue Sainte-Catherine Est), du 3 au 7 juillet. Vernissage et boissons aphrodisiques le 4 juillet, de 17h à 19h. Party Interdit, le 6 juillet, au bar Stud (1812, Sainte-Catherine Est). À noter que M. Finocchi participera à une séance de signature de son livre, le mercredi 3 juillet, de 16h à 18h, à la librairie L'Androgyne (1436, rue Amherst).