Les aiguilles salvatrices

Daniel Rolland
Commentaires
Il sera question ici d'acupuncture. J'en vois d'ici qui frémissent à l'idée de voir leur délicat épiderme transpercer par une fine aiguille. Mais pour vous rassurer, en connaissez-vous beaucoup des porcs-épics malades ? Blague à part, l'acupuncture est un traitement qui a acquis au fil des siècles ses lettres de noblesse. Au point où la médecine traditionnelle qui ne peut plus ignorer ses mérites, essaie d'embrigader la pratique. Mais ça, c'est l'éternel débat entre les médecines douces et la médecine traditionnelle. Quoi qu'il en soit, on demande à l'acupuncture de nous traiter. Et elle réussit très bien quand elle est entre les mains d'un professionnel comme Louis-Philippe Leduc qui pratique maintenant depuis huit ans, après de solides études en la matière. "J'avais vu comment l'acupuncture était parvenue à soulager ma mère qui était affligée de bronchites à répétition et d'asthme", ajoute le spécialiste, dont soixante pour cent de la clientèle est issue de la communauté gaie.. En conversant avec lui, j'ai appris que notre anatomie comportait 1000 points où les aiguilles peuvent se planter. Et tout l'art de l'acupuncteur réside dans la combinaison des piqûres. "Au début, comme tous mes confrères, j'y allais généreusement avec les aiguilles. Avec le temps, celles-ci sont devenues plus fines et je dose davantage les interventions." L'acupuncture peut venir à bout, entre autres, des maux de dos, des migraines, insomnies et de la fatigue. Bref, tout un catalogue de bobos irritants pour notre mieux-être. L’insertion des aiguilles provoque une sécrétion accrue d'endorphine qui apporte le soulagement attendue.

Acupuncture Louis-Philippe Leduc, 946, rue Sherbrooke E. Montréal Tél. : (514) 529-8826.