En affaires

Claudine Metcalfe
Commentaires
Être gai n’est pas encore une situation qui va de soi dans les milieux fermés que sont le commerce et les professionnels.

Selon le président de la Chambre de commerce gaie du Québec, Louis Charron, il y a plusieurs gais "qui le sont" dans leur milieu fermé, mais pas at large. L’avocat s’explique : "Par exemple, moi, mes collègues du cabinet le savent, mais pas toute la confrérie. Mon patron l’a accepté parce que je n’ai pas l’air, ce qui pourrait effrayer les clients, les partenaires d’autres cabinets. Si j’arrivais un matin avec un beau complet rose, ça ne passerait pas!" dit Me Charron. "Il y a une petite ouverture, mais elle est réservée à l’individu, celui que l’on connaît, qui est compétent." Souvent, la situation est moins pire pour l’homme d’affaires qui a son commerce, qui engage lui-même ses employés, qui est son propre patron. Pourtant, Yvon Duchesneau, propriétaire d’une grosse quincaillerie en banlieue, voit la situation différemment. "Moi je le cache au travail parce c’est un milieu de "vrais gars" où j’entends même des jokes de tapettes. Je n’aimerais pas perdre le respect de mes employés. Je sais que c’est difficile de devoir mentir, que ce n’est pas comme ça que la cause va avancer, mais je n’ai pas le choix!" explique l’homme de 47 ans. Les gens d’affaires et les professionnels ne vivent pas aisément leur homosexualité. "Disons que devant monsieur le juge, je dois être bien straight. Les juges ne connaissent pas cette facette, quoique j’en connais quelques-uns qui… mais ça, c’est une autre histoire!" dit en riant Louis Charron. Ce malaise accentue le besoin de se retrouver pour créer des réseaux, sortir de l’isolement et "se regrouper pour agir", nous dit Louis Charron, président de la Chambre, qui compte 400 délégués. "C’est beaucoup de membres, mais pas encore assez! Et les femmes ne sont pas encore assez présentes. Nous tentons d’avoir une approche représentative, mais les lesbiennes en affaires sont encore trop timides pour se joindre à nous!" conclut Me Charron.