Prince Rebel, agence de mannequins

Pour hommes seulement !

Commentaires
Quand on aime le glamour, les vêtements, mais que l'on n'est ni designer, ni mannequin, on cherche à faire défiler les autres. En ouvrant la première agence de mannequins pour hommes au Canada, David Touchette pénètre un créneau qui a déjà fait ses preuves en Europe. Pour des photos, une publicité, ou encore pour parader dans des vêtements signés devant le tout Montréal, David Touchette ouvre son catalogue Prince Rebel, dans lequel se retrouvent 10 gars sous contrat avec cette jeune agence. David Touchette considère qu'il doit se faire connaître tout comme il doit faire connaître ses modèles. Bien sûr, il court les défilés, mais il compte sur le bouche à oreille pour faire sa marque dans le milieu. En trois mois d'existence, ces 10 poulains ont au moins une audition dans les prochains mois, ce qu'il considère comme un bon début. Le nom de l'Agence, Prince Rebel, n'a rien à voir avec le héros de bande dessinée, ni avec le titre de la chanson de Rufus Wainwright.

"Prince correspond à mon côté glamour; Rebel, parce que je ne fais pas forcément les choses comme tout le monde", révèle le jeune homme de 22 ans.

L'idée est venue par hasard. "Je suis comédien de formation et, un jour, j'ai aidé un ami à trouver des contrats. J'ai aimé ce rôle d'agent, malgré moi", raconte David Touchette. "J'ai décidé de me lancer, avec un seul mannequin la première année et en m'associant à des gens qui s'y connaissent comme les gars de Fotofusion [pour les photos du porte folio]."

Le jeune directeur adore les contacts et n'hésite pas à traverser la ville pour montrer son porte-folio. Entre lui et son équipe, il exige la confiance. Les qualités morales, selon lui, sont aussi importantes que les qualités physiques requises pour ce genre de métier.

C'est ce que Philippe Saint-Hilaire, mannequin chez Prince Rebel — qui ornait les couverture de janvier et mai de Fugues —, apprécie le plus. "C'est sérieux avec David. J'ai commencé ce métier par des séances de photos quand j'étais à Vancouver. Je me suis rendu compte que beaucoup de gens n'étaient pas très honnêtes ou encore ne respectaient pas les contrats. C'est bien d'avoir un agent qui s'occupe de tout cela."

La toute jeune agence compte sur le look québécois pour se démarquer des autres agences, même si les critères, tant sur la forme du visage, la taille ou l'âge se situent dans les catégories en vigueur actuellement dans le monde de la mode. Il y aurait cependant un petit quelque chose qui ferait la différence.

Quant à l'orientation sexuelle, ce n'est pas du tout un préalable pour David Touchette. "C'est évident que, lorsque que je rencontre des mannequins intéressés à faire partie de mon équipe, je m'assure qu'ils ne soient pas homophobes. En fait ,on se rend rapidement compte dans ce milieu qu'il y a plus de gais à l'arrière du décor que sur la scène. Lors des défilés, on retrouve, proportionnellement plus de gais parmi les designers, les photographes, les équipes techniques que parmi ceux qui défilent".

Après un lancement qui lui a valu quelques articles dans les grands quotidiens, David Touchette conserve tous ses espoirs dans la réussite de l'entreprise. Pour ses premiers succès, il tient à remercier tout d'abord ses mannequins, qui lui ont fait confiance. "Je tiens avant tout à ce que nous formions une équipe, et à entretenir avec eux tout aussi bien des relations professionnelles qu'amicales", précise-t-il en conclusion.

Prince Rebel
(514) 240-1687
[email protected]