Le Speed Dating à saveur gaie

Pour un flirt avec toi grâce à Distingay !

Benoit Migneault
Commentaires
Plusieurs d'entre vous, j'en suis sûr, éprouvent un certain sentiment de lassitude quant au milieu des bars. Plus souvent qu'autrement, il n'y a que peu de contacts qui s'y effectuent réellement : les gars demeurant singulièrement passifs ou sur leur quant-à-soi. Chacun échange des regards de veau marin avec ses collègues de drague dans l'attente d'un mouvement quelconque chez l'autre. À ce rythme, la clientèle a le temps de se fossiliser avant que quoi que ce soit ne se produise. C'est devant cette situation que Martin Gendron a pris la décision de mettre sur pied un groupe de rencontre version accélérée, en l'occurrence Distingay. "En fait, je me suis inspiré d'une formule californienne. Le speed dating fait fureur aux États-Unis depuis quelques années, autant dans la communauté gaie qu'hétérosexuelle. Le concept est relativement élémentaire, en ce sens qu'il consiste simplement à contraindre un groupe d'hommes à entrer en contact les uns avec les autres. De cette manière, ils peuvent déterminer s'ils ont des affinités communes leur permettant de sympathiser ou d'aller plus loin encore."

Comme le souligne Martin, certaines études sociologiques ont démontré qu'il ne faut qu'une brève période de temps à deux individus pour déterminer s'il y a connexion entre eux. Dans le cadre d'une soirée Distingay, tout est donc structuré pour faire en sorte que le maximum de personnes puissent entrer en contact les unes avec les autres.

Pendant l'activité, la moitié des hommes sont assis à des tables individuelles devant lesquelles prend place un homme différent toutes les sept minutes. Il faut savoir que, dès le début de la soirée, chacun des participants se voit attribuer un numéro qu'il doit porter autour du cou. Aussi, lorsque la rotation est terminée, chacun des hommes complète un petit formulaire sur lequel il inscrit ses coordonnées, le numéro qui lui a été attribué et les numéros de jusqu'à trois des participants avec qui il a ressenti une connexion particulière. Comme on retrouve en moyenne entre 50 et 60 personnes à chacune des activités, il n'est pas impossible d'y croiser l'homme de ses rêves.

Les formulaires sont par la suite comparés les uns aux autres, et, s'il y a éventuellement un match parfait, Martin Gendron communique avec chacun des hommes pour leur transmettre les coordonnées de l'autre. Mais quel est le taux de réussite de l'activité? "Sur l'ensemble des participants, je calcule qu'entre 35% à 40% de liens se créent à chaque activité. Évidemment, il y a également des petits groupes qui se forment à la fin de la soirée et qui annoncent quelquefois le début de grandes amitiés, il est donc difficile d’en préciser avec exactitude l'impact réel."

L'une des raisons qui explique le succès de la formule est que les participants doivent remplir certains critères particuliers pour s'y inscrire. En effet, il faut avoir entre 27 et 40 ans ou entre 41 et 47 ans et posséder un diplôme collégial ou universitaire. De cette manière, les organisateurs croient possible d'assurer une base d'intérêts communs pour les hommes présents. Il semble, de plus, qu'on ne retrouve qu'une base de 25% de participants réguliers à l'activité; le roulement est donc fort élevé.

Actuellement, les activités Distingay ont lieu aux deux semaines, le dimanche, à 18h, au dernier étage du Drugstore (1360, rue Sainte-Catherine Est). Les frais de participation sont de 10$. Il serait toutefois avisé de communiquer avec l'organisation avant de se déplacer pour vérifier le lieu et la date.

info : (514) 523-2000.