Les bars gais de Montréal

Red Lite : la légende continue

Claudine Metcalfe
Commentaires
Une légende est un récit fabuleux. De l’ancien Red est né un nouvel espace, unique en Amérique. Un concept dépassant tous les autres petits cousins nommés after hours. Le Red Lite, la légende continue. Depuis son ouverture, il y a un mois seulement, la foule s’y presse et toute la faune nocturne en parle : c’est gros, c’est épatant, c’est vraiment flyé. Les moments que vous allez y vivre valent le petit détour à Laval. (D’ailleurs, le trajet est facile, tout juste angle autoroute Papineau et boulevard Saint-Martin). Le temps des fêtes est l’occasion rêvée pour une folle nuit, pas peur de rentrer frippé au bureau le lundi matin! Et puis ce n’est pas si cher que ça : 15 $ le vendredi, 20 $ le samedi, et le dimanche, c’est 5 $ pour les femmes et 10 $ pour les hommes.

Le grand manitou, c’est Sylvain Gauthier. Il connaît sa clientèle, il sait ce que ces amants de nuits wilds veulent. Il était le concepteur des lumières du KOX et du Sister’s, a été l’âme de L’Aristocrate puis a dirigé les destinées du Red Lite. Il connaît donc autant la communauté gaie que les hétérosexuels. Mais vous le savez bien, ces étiquettes ne tiennent plus dans les nuits raves. Bien que les dimanches soient joyeusement gais…
Après une belle entrée remarquée, après l’inspection des portiers et le vestiaire, on se retrouve dans un chill main où des machines à sloches désaltéreront les clubbers. La main room avec ses 10 amplis pour le DJ, son balcon de V.I.P., ses systèmes de lumières…Ouf! Dans la Hip Hop Room, quatre tables tournantes offrent aux amateurs des performances de fameux DJ.

Et du bruit, il y en a. 80 000 watts de son, de pur son… La foule en délire danse sous un chapiteau de faisceaus lumineux qui ne cesse jamais de créer de nouvelles ambiances colorées avec de beaux effets et de belles profondeurs. Faut le voir pour le croire, c’est comme ça tous les week-ends!
Tout est recherché, même la décoration des toilettes où les boules en miroir continuent à nous mettre dans l’ambiance, les murs sont sinueux, aucun angle ne nous agressent, et la couleur dominante est le bleu nuit, avec des taches d’orangé, de sable et de noir. À couper le souffle! Ils se rassemblent par milliers pour tripper toute la nuit au son de divers DJ.

Dans le main room on a le vendredi de 2 à 5 h, le doc Sline; puis de 5 à 8 h, Mr. Tribe; puis de 8 à 11 h, Scott Frec. Le samedi, Dominic B, Dream Man et Steve Warren se succèdent. Le dimanche, de minuit à 3 h (c’est plus tôt!), c’est Michel Simard, puis de 3 à 6 h Mr. Tribe, suivi jusqu’à 9 h de Scott Erec.
Dans la hip hop, on a le vendredi, de 2 à 5 h, Storm, puis de 5 à 8 h, Square, puis de 8 à 11 h, Lopez. Le samedi, E.Ralph, Snake et Sherlok se succèdent. Le dimanche, de minuit à 3 h, c’est Crash & Tongo, puis de 3 à 6 h, Puppa Sacha, suivi jusqu’à 9 h, de Sir D.

Pour avoir une idée de l’ambiance et écouter des démos de musique, allez faire un tour sur le merveilleux site www.red-lite.net et branchez vos haut-parleurs!