ENRIQUE IGLESIAS

Escape

Commentaires
Il y a un phénomène étrange qui incite les gens (dont bien des gais), au moment où un artiste comme le beau Enrique Iglesias produit un nouveau disque, à se ruer au magasin. Eh bien, désolé de vous décevoir, mais ce n’est pas encore pour son cinquième compact que le mâle pose nu dans le livret. On ne lui voit même pas un mamelon, alors il faudra se contenter de la musique qu’il écrit et compose avec une pléthore de compositeurs et de producteurs. Avec une attitude vaguement affectée qui me rappelle celle, disons, de Mario Pelchat, Iglesias connaît la recette qui plaira à un public qui aime la pop et qui n’aime pas prendre de risques. Parfaitement réalisé, Escape permet de se trémousser sur des airs vaguement latinos aux mélodies efficaces mais peu originales, ou encore de s’émouvoir sur quelques ballades un peu pleurnichardes. Néanmoins, de bonnes pièces, dont la disco Love To See You Cry, ajoutent à ce disque très bien fait, agréable, mais quand même un peu banal.