vins, bières et spiritueux

Soleil en bouteille

Francis Lagacé
Commentaires
Plusieurs ont besoin de refaire le plein d’énergie en visitant le Sud. Il est aussi possible d'amener la chaleur à soi en buvant du vin, ce véritable soleil en bouteille. Du vin à Cuba?
Cuba est surtout connu pour ses cigares et son rhum. Avant de faire un séjour dans l'une de ses centres de villégiature aménagés pour les touristes, je ne connaissais aucun vin cubain. Sur place, j'ai pu apprendre qu'il se cultive de la vigne dans la région de Pinar del Rio, dans l'ouest de l'île.
Acheté à La Havane, le Castillo del Morro Selección especial Blanco est d'un jaune clair. Il a un nez qui rappelle le chardonnay avec une touche minérale sèche. Au goût, on le trouve très sec et on sent la présence du bois dans lequel il a séjourné. Pointe une note caramélisée qui s'ajoute à des accents de madère. Pour environ 7 $ U.S., c'est un rafraîchissement intéressant. C+

Les petits magasins de l'hôtel à Cayo Coco (" cette île bonne pour les touristes et les moustiques " dixit notre guide d'excursion) offre, parmi quantité de vins espagnols (nous les avons au Québec à moindre coût), trois vins de marque Soroa, produits comme le précédent par la maison Fantinel : un rouge, un rosé et un blanc, portant tous la mention anglaise Orchid Valley. Chacun ne coûte que 3,15 $ U.S.!
Le rouge a une couleur de jus de fraise, en a l'odeur et le goût. S'y mêlent une touche minérale qui rappelle les coquillages et un tanin évoquant légèrement le cacao. Pris bien frais, il était fort agréable. C+
Le rosé a une teinte près de la chair de truite. Au nez, il rebute un peu avec ses effluves de vin de betterave, mais en bouche, il rappelle les petits rosés de Provence que l'on boit sans façon au bistro. Il est très, très sec. À prendre très frais. C

Passons maintenant au blanc, toujours de Soroa, qui est presque incolore. Un nez de léger pamplemousse se fait prometteur; toutefois, la bouche se révèle plutôt simple avec une mince touche d'agrume et un relent de sucre résiduel. Ce vin aurait-il été chaptalisé ? Probable. La chaptalisation (à retenir pour vos mots croisés) consiste à ajouter du sucre au moût de raisin afin d'obtenir le taux d'alcool voulu.

Un cigare?
On ne parle pas de Cuba sans mentionner les cigares. Les meilleurs? Cohiba, Romeo y Julieta, Hoyo de Monterrey et Montecristo. Chacune de ces maisons offre quantité de marques et de formats pour tous les goûts. Mais que boire lorsque l'on fume ce fruit de l'ouvrage de l'homme? Vous pouvez déguster du porto, bien sûr, du cognac, du scotch, de l'armagnac ou ce délicieux rhum brun de Cuba. Le choix est donc vaste, mais comme en toutes choses qui se savourent, ne fumez pas à la va-vite. Prenez votre temps pour apprécier ce beau moment de détente. On ne devrait pas fumer en se déplaçant, pas plus que l'on ne verrait quelqu'un faire ses courses un verre à la main.

Rigolo
Une brève de l'agence Science Presse parue dans Le Devoir des 5 et 6 janvier relate une expérience où des experts ont attribué des descriptions de fruits rouges à des vins blancs colorés en rouge et de fruits blancs à des vins rouges colorés en blanc. Il semblerait que les yeux influencent notre odorat. Intéressant! Cela plaide pour l'humilité, comme je le dis toujours. Mais, l'expérience demande à être renouvelée selon divers paramètres et selon les types de vin. Je doute qu'un Madiran coloré en blanc (et comment y arriverait-on ?) n'éveille aucun soupçon chez le dégustateur.

Moins drôle
La SAQ a augmenté ses prix depuis le 14 janvier. On parle d'augmentation moyenne tournant autour de 0,50 $ la bouteille. Les moyennes sont difficiles à apprécier, car il n'y a pas de commune mesure entre un petit vin à 7 $ et un grand vin à 70 $.

Pour réchauffer les amours
Le Château Lynch-Moussas 1997, appellation Pauillac (région de grands bordeaux) sera le compagnon idéal du souper de la Saint-Valentin. Riche, tannique, rond, alliant la framboise et le cuir, il apportera de la chaleur à votre rendez-vous amoureux. No 516162, 39 $. B+ au début de la bouteille et A- quand on arrive vers la fin.
Commentaires, questions, suggestions : écrivez à [email protected] ou au magazine