Joel Pinon contre Héma Québec

La Commission des droits de la personne ne veut pas se mouiller

Yves Lafontaine
Commentaires

Au cours d’une conférence de presse, tenue à Montréal, le 11 mars dernier, l’activiste gai de Québec, Joel Pinon, faisait connaître publiquement sa déception devant l’inaction de la Commission des droits de la personne au sujet de la plainte pour discrimination qu’il a déposée il y a deux ans contre Héma Québec.

Le coloré militant a rappelé les circonstances de son geste illégal — il a menti sur son orientation sexuelle pour pouvoir faire le don de sang — tout en insistant sur les précautions qu’il avait prises, à l’époque, pour s’assurer d’être séronégatif. Brandissant la Charte des droits et libertés, il a réitéré que l’actuel questionnaire était toujours discriminatoire et loin d’être sécuritaire. "L’exclusion des gais ne donne pas plus de sécurité et, surtout, Héma-Québec se prive (et prive les gens qui en ont besoin) de bons donneurs. On ne devrait pas poser de questions en rapport avec le fait d’être gai, mais sur des pratiques sexuelles risquées." Il espère que la communuté gaie, qui l’a toujours soutenu, continue de le faire. Le lendemain, lors d’une rencontre avec le ministre Allan Rock, il lui a dit souhaiter "qu’en ce début de 3e millénaire la non-discrimination ne se négocie plus".

 

  Envoyer cet article

Joel Pinon contre Héma Québec

La Commission des droits de la personne ne veut pas se mouiller

Le coloré militant a rappelé les circonstances de son geste illégal — il a menti sur son orientation (...)

Publié le 21 mars 2002

par Yves Lafontaine