De l’illégalité à l’égalité

Commentaires
Prenant la forme d’un dossier complet, comprenant deux longs articles en autant de jours (fin janvier) , Le Soleil de Québec, sous la signature du journaliste Éric Moreau, traçait un portrait juste et exhaustif de la situation dans laquelle les "homosexuels du Québec" se retrouvent. Selon lui, "au plan juridique, (ils) ont presque atteint l’égalité, mais sur le plan social, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir". Le premier article traitait des batailles juridiques passées et à venir, alors que le deuxième se penchait sur les "défis" à relever pour la reconnaisance de la communauté gaie dans la société québécoise. D’abord, remerciements et félicitations à ce jeune journaliste qui — et cela transparaît dans ses textes — a sérieusement abordé la question et a encore plus sérieusement fouillé les éléments qui la composent. Gratitude, ensuite, à ce quotidien grand tirage qui a fait là un effort, tout aussi sérieux, de compréhension. Beaucoup plus sérieux en tout cas que l’attitude de son confrère médiatique, la SRC (Québec) qui, l’automne dernier, avec ses quatre reportages à la télévision, survolait la communauté d’une façon plutôt superficielle...

Dans le premier article, sous le titre général de Gais et lesbiennes veulent propager leur dignité, Éric Moreau fait un long retour sur l’important 25e anniversaire de l’amendement à la Charte québécoise des droits et sur les divers événements qui ont marqué la communauté gaie et lesbienne depuis 30 ans. Il enchaîne avec la préparation à l’automne de la fête organisée par le groupe Fierté gaie, sous le thème "Une fierté à partager", et termine avec les prochaines luttes de la communauté concernant les droits parentaux et l’adoption avec la participation de Laurent McCutcheon et Michel Dorais, qui ont fait part de leurs préoccupations sur ces sujets.
Dans le deuxième article, titré Ostracisme et harcèlement sont toujours la cause de nombreux suicides chez les jeunes gais, il livre une analyse très poussée du contexte ostracisant, parfois violent, parfois plus subtil, auquel plusieurs membres de la communauté sont confrontés, qu’il s’agisse des cas d’agressions physiques ou d’agressions psychologiques, aussi bien dans les milieux scolaire, professionnel, religieux que sportif. Ainsi, sur le marché du travail, selon son étude, certains corps d’emplois sont toujours réfractaires aux homosexuels, qui cachent leur orientation s’ils veulent accéder à des promotions ou conserver une paix ténue (le cas des sportifs est peut-être le plus patent!), alors que certaines institutions sont plus progressistes que d’autres.

Le cas des sorties publiques de plusieurs personnalités est aussi abordé, car selon plusieurs intervenants interrogés, cela contribue à démystifier des préjugés encore tenaces dans la population...C’est pourquoi il clôt son dossier en présentant un tableau fort pertinent des douze mythes qui sont toujours propagés par des gens non renseignés et intéressés à discriminer la communauté gaie et lesbienne.

Bref, sur trois pleines pages de textes fouillés, touffus et rigoureux, sans compromis ni désir de faire de l’esbroufe, le journaliste Éric Moreau aura réussi, là où plusieurs se sont cassé les dents, à retracer rétrospectivement l’évolution de la communauté, décrire la situation actuelle et à présenter certaines tendances qui pourraient predre beaucoup d’inportanmce dans le futur... Chapeau!