Le mariage et l’union civile

Le couple Hendricks-LeBœuf reçoit le soutien de la communauté

Yves Lafontaine
Commentaires

"Gouverner, c’est servir", a lancé tout sourire le député fédéral d’Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard, lors du souper spaghetti au bénéfice de la défense légale du couple Hendricks-Lebœuf, dont il était l’initiateur. Il avait toutes les raisons d’être fier, les 344 convives présents ont permis d’amasser plus de 7 000 $.

Le thème de l’événement était "Le mariage... une question de choix, une question de droit", afin de signifier que la communauté homosexuelle considère la reconnaissance du mariage comme une question relevant des droits de la personne en plus d’être un choix de vie personnel.

Michael Hendricks et René LeBœuf ont entamé leur bataille légale pour l’accès au mariage civil, en septembre 1998. La cause a été entendue par la Cour supérieure du Québec, en novembre 2001, et la décision finale est prévue d’ici mars. Le couple Hendricks-LeBœuf, ayant investi l’ensemble de ses économies et hypothéqué sa maison pour les procédures reliées à la première instance juridique, aura besoin de fonds supplémentaires pour se préparer à l’appel devant un tribunal supérieur.

Tous les convives n’avaient, à l’évidence, pas nécessairement l’intention de se marier, mais tous étaient présents pour montrer leur soutien au couple. Ce dernier a fait son entrée en gondole au Cabaret du Sky, avec musique d’accordéon et gondoliers. "Je ne pense pas me marier, mais j’aime savoir que c’est un choix qui s’offre à moi", affirmait Jean, un professionnel dans la trentaine qui était accompagné d’Eric, qui partage sa vie depuis 10 ans. D’autres, dont plusieurs couples de lesbiennes ont exprimé leur volonté de s’unir civilement, dès que cela sera possible, et de se marier ensuite lorsque le fédéral le permettra.

Plus tôt le même jour, le député Réal Ménard, accompagné du couple Hendricks-LeBœuf et du conseiller municipal de Saint-Jacques, Robert Laramée, interpellait le ministre fédéral de la Justice, Martin Cauchon, pour qu’il ouvre l’institution du mariage aux couples de même sexe. Pour le député bloquiste, le ministre de la Justice se doit d’agir en ce sens. La commission du Droit du Canada, dont le rôle est de conseiller le gouverment publiait en décembre dernier un avis en ce sens, à la 33e recommandation de son rapport intitulé Au-delà de la conjugalité : la reconnaissance et le soutien des rapports de nature personnelle entre adultes : "Le parlement canadien et les législatures provinciales et territoriales devraient graduellement retirer de leurs lois les restrictions sur le mariage entre deux personnes de même sexe." Réal Ménard a rappelé que, pour une portion des communautés gaie et lesbienne, le mariage est un enjeu à la fois lié aux aspirations personnelles, aux convictions religieuses et à la pleine reconnaissance sociale. La veille, le nouveau conseil d’arrondissement, composé de Robert Laramée, Martin Lemay et Louise O’Sullivan Boyne, adoptait une résolution d’appui et de solidarité au couple Hendricks-LeBœuf et votait le versement d’un don de 300$, via l’organisme Dire enfin la violence. Quand on pense qu’il y a à peine trois ans, la lutte pour l’égalité civile pleine et entière pour les gais et les lesbiennes par l’accès au mariage n’était pas une idée très populaire, on ne peut que constater tout le chemin parcouru.

 

  Envoyer cet article

Le mariage et l’union civile

Le couple Hendricks-LeBœuf reçoit le soutien de la communauté

Le thème de l’événement était "Le mariage... une question de choix, une question de droit", afin de (...)

Publié le 21 février 2002

par Yves Lafontaine