Remaniement ministériel en profondeur à Québec

Boulerice rejoint Boisclair au conseil des ministres

Yves Lafontaine
Commentaires

Le premier ministre du Québec, Bernard Landry, a procédé le 30 janvier dernier à un important remaniement de son conseil des ministres. Un nombre impressionnant de titulaires de ministères ont changé de poste dans ce conseil qui compte 36 membres, dont deux ministres ouvertement gais.

Contrairement à certaines rumeurs qui laissaient croire que M. Boulerice allait être nommé délégué général à Rome pour le Québec, le coloré député de Sainte-Marie-Saint-Jacques a obtenu une promotion, passant de secrétaire d’état à l’Accueil et à l’intégration des immigrants à ministre d’état à la Citoyenneté et à l’immigration. Il secondera Rémy Trudel qui devient ministre d'état à la Population, responsable de l'Immigration, des Affaires autochtones et de la Natalité.

Quant à la nomination du député de Gouin, André Boisclair, à l'Environnement et aux Affaires municipales, elle est accueillie favorablement par le monde municipal, les maires estimant généralement que la double responsabilité du ministre facilitera l'avancement des dossiers. "Je connais André (Boisclair) depuis de nombreuses années. C'est une personne d'expérience, de dossiers", a commenté Gérald Tremblay, ajoutant qu'il est très important que le ministre des Affaires municipales et de la Métropole soit, comme M. Boisclair, sensible aux questions montréalaises. Boisclair, qui était le premier membre du cabinet à avoir fait sa sortie du placard, collaborera avec Jean-François Simard, député de Montmorency, délégué à l'Environnement et à l'Eau, Jacques Côté, délégué à l'Habitation, et Claude Boucher, délégué aux Infrastructures municipales.

Par ailleurs, Paul Bégin demeure ministre de la Justice, au grand soulagement de plusieurs militants qui craignaient les effets de la nomination d’un nouveau ministre sur l’avant-projet de loi sur l’union civile entre conjoints de même sexe. Diane Lemieux, à la Culture et aux Communications, et Richard Legendre, à la Jeunesse, au Tourisme, aux Loisirs et Sports, conservent également leur ministère respectif. Pauline Marois, vice-première ministre et ministre des Finances, ajoute à ses responsabilités celle de l'Industrie et du Commerce. Elle sera assistée de Lucie Papineau, ministre déléguée à l'Industrie et au Commerce, et de Solange Charest, secrétaire d'État à la Recherche, à la Science et à la Technologie. François Legault devient ministre de la Santé et des Services sociaux; il travaillera avec un nouveau venu, David Levine, responsable des soins de première ligne (listes d'attente et urgences) et avec Roger Bertrand, délégué aux Services sociaux et à la Jeunesse. Sylvain Simard remplace François Legault à l'Éducation et l'Emploi, assisté d’Agnès Maltais, ministre déléguée à l'Emploi. Linda Goupil devient ministre d'État à la Solidarité sociale, responsable de la Condition féminine, de la Famille et des Aînés. Elle sera assistée de Nicole Léger, déléguée à la Lutte à la pauvreté et à l'exclusion, et Jocelyne Caron, secrétaire d'État à la Condition féminine. Quant à Louise Harel, députée d’Hochelaga-Maisonneuve, elle occupera la présidence de l'Assemblée nationale, alors que François Beaulne en deviendra le vice-président.

Le travail de remaniement du premier ministre a été rendu plus facile par le départ, annoncé la veille, de trois membres de son conseil : Guy Chevrette, Jacques Brassard et David Cliche, insatisfaits des nouvelles fonctions, réduites, que leur proposait M. Landry.

Le premier ministre s'est donc rendu aux pressions qui s'exerçaient à l'intérieur même du Parti québécois en faveur d'un renouvellement du conseil des ministres, en prévision des prochaines élections générales.

 

  Envoyer cet article

Remaniement ministériel en profondeur à Québec

Boulerice rejoint Boisclair au conseil des ministres

Contrairement à certaines rumeurs qui laissaient croire que M. Boulerice allait être nommé délégué g (...)

Publié le 21 février 2002

par Yves Lafontaine