Campagne mondiale d’Amnistie internationale

«Pour un monde sans torture»

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Vanesa Lorena Ledesma, une transsexuelle argentine, meurt après cinq jours de détention par la police. Selon les policiers, son décès serait dû à un arrêt cardiaque. L'autopsie révèle que son corps porte des traces de tortures. Vanessa Lorena Ledesma était membre actif de l'Association unie des travestis de Cordoba, une ville d'Argentine. Un exemple parmi tant d'autres de la violence pouvant frapper les gais, les lesbiennes et les personnes transsexuelles quand ils sont arrêtés par la police. Dans le rapport La torture ou l'Humanité en question présenté par Amnistie internationale, il est avancé que la discrimination est un terrain propice à la torture. On entend par discrimination, le refus d'accorder les droits fondamentaux à des personnes ou à des groupes en raison de leur identité ou de leurs convictions. La couleur de la peau, le fait d'être femme, ou encore d'être homosexuel fait courir beaucoup plus de risques d'être maltraités, voire torturés, dans de nombreux pays lors d'arrestations par des forces armées ou policières. Depuis quelques années, Amnestie Internationale s'est ouvert au sort des gais, des lesbiennes et des transexuels à travers le monde. C'est une bonne chose pour ne plus que ceux-ci restent les laissés pour compte de l'aide humanitaire. Il est heureux que la répression qu'ils subissent soit prise en compte par de grands organismes de défense des droits humains. Presque tous les pays condamnent la torture, mais elle reste pratiquée dans de nombreux pays en dépit de cette condamnation, et le plus souvent par ceux-là mêmes qui devraient faire respecter la loi, et ce, en toute impunité, et même parfois en bénéficiant de l'immunité. En lançant cette campagne, Amnistie veut lutter en premier lieu contre l'impunité dont bénéficie généralement les tortionnaires. La campagne contre la torture d'Amnestie s'étendra sur une année et comportera dans quelques mois un gros volet sur la torture à l'endroit des lesbiennes, des gais et des transsexuels. Enfants mutilés en Afrique, femmes musulmanes violées en Bosnie, noirs battus à mort dans des postes de police américains, jeunes immigrants roués de coup dans d'autres pays occidentaux, ces cas devraient nous concerner en tant que gais et lesbiennes conscients de la difficulté d’être en proie à la stigmatisation et à l'opprobe. Toute personne torturée quels que soient son appartenance politique, religieuse, ethnique, son âge, son sexe, son identité sexuelle et son orientation sexuelle, est une Vanesa Lorena Ledesna. Fugues appuie la campagne d'Amnistie internationale.

Amnistie internationale, 6250, boul. Monk, Montréal (Québec), H4E 3H7, 514-766-9766, Contact : Roberto Jovel ou Carol Michaud.