Réduisez vos dettes

Reprendre ses finances en mains

Yves Lafontaine
Commentaires
Dans le cadre de cette première chronique sur vos finances, voici différents trucs pour réduire vos dettes. Planifiez avec votre revenu net
Il ne faut jamais faire de prévisions financières à partir du revenu brut. Cela vous leurrerait. C’est avec le revenu net que l’on vit au jour le jour, c’est-à-dire l’argent qu’il reste après avoir acquitté les impôts et les diverses contributions aux régimes sociaux (RRQ, assurance-emploi, assurance-maladie, fonds de pension, etc.). Il se peut que votre revenu brut grimpe de façon appréciable, mais cela ne vous rend guère plus riche si les diverses retenues à la source en mangent la plus grosse partie.
Comptez vos dettes pour savoir si vous êtes trop endetté. Commencez par faire la liste de vos dettes. Calculez ensuite votre taux d’endettement. Pour vous aider, remplissez le tableau ci-dessous. Ce ratio met en rapport vos remboursements totaux de dettes avec votre revenu individuel (ou de couple) brut. Si votre taux d’endettement excède 40%, vos finances sont dans un état précaire.

Additionnez les dépenses qui vous concernent
Total mensuel pour le remboursement de vos dettes (M) : _________________$
Débours annuels (M X 12) : ________________$
+
loyer annuel (ou remboursement de l’hypothèque et intérêt) : + __________$
ImpÔTS fonciers annuels : + __________$
Frais annuels de chauffage : + __________$
Pension alimentaire par année (s’il y a lieu) : + __________$
La moitié des frais de copropriété ou de la maison : + __________$
AUTRES Frais annuels de location : + __________$
=
Total des dettes annuelles (D) : __________$

Revenu brut annuel individuel ou de couple (R) : __________$

Ratio d’amortissement de la dette totale = D / R X 100 = : __________$


Comment contrôler ses finances si on n’a pas un budget mensuel? Impossible. Pour pouvoir couper dans ses sorties d’argent, il faut savoir ce qu’on dépense réellement. Avant de se donner des objectifs d’épargne, encore faut-il connaître son revenu net par semaine, aux deux semaines ou mensuel. Avec les finances personnelles, il faut être discipliné et prendre le temps d’inscrire ses dépenses et ses revenus chaque mois.

Ayez un fonds d’urgence
Créez un fonds d’urgence pour faire face à une perte d’emploi, une mise à pied, un arrêt de travail causé par un accident ou un autre coup dur. Idéalement, un bon fonds d’urgence devrait vous permettre de survivre durant au moins six mois. Un fonds d’urgence doit renfermer des placements liquides, comme des obligations d’épargne, des fonds monétaires ou des certificats de placement garanti.

Mettez la hache dans le superflu
Il y a deux moyens de baisser son niveau d’endettement. On peut augmenter ses revenus ou couper dans ses dépenses. Hausser ses revenus n’est évidemment pas à la portée de tout le monde. Couper dans les dépenses, cela ne coûte pas cher d’essayer...
La priorité va sans conteste aux dépenses inutiles comme la loterie, les articles de luxe et l’alcool. Autres postes où il est possible de sabrer si on y affecte des sommes trop importantes : les grandes sorties, les vacances dans les hôtels luxueux, les loisirs et sports dispendieux, les vêtements de luxe, les autos dispendieuses, etc...

Comment consommer intelligemment
On n’insistera jamais assez sur cette évidence : pour bénéficier du meilleur prix d’achat, il faut prendre le temps de magasiner. Si vous manquez de temps, concentrez-vous sur les articles les plus coûteux, afin de réaliser les plus grosses économies. Bien entendu, vous prendrez soin de comparer des articles semblables en tous points. Il en est de même pour les services.
Comparez les prix
Même si cela fait longtemps que vous achetez vos articles au même magasin, il ne faut jamais avoir peur de comparer avec les prix de la concurrence. Et si l’écart est important, vous ne devriez pas tarder à changer de magazin.
Même si vous achetez un article à rabais, cela demeure une dépense. Si l’article n’est pas indispensable à votre bien-être ou à celui de votre famille, l’achat en question est un gaspillage d’argent. On n’achète pas un produit ou un article uniquement parce qu’il est soldé!

Cartes de fidélité
Beaucoup de promotions sont faites autour des cartes dites de fidélité, qui offrent des cadeaux à partir d’un certain nombre de points accumulés. Pensons aux Air Miles, aux Pétro-points, aux Primes-Royales, etc.
Ces cartes donnent toutes l’impression d’être plus généreuses les unes que les autres. Mais saviez-vous qu’il faut accumuler plus de 800 points Air Miles pour obtenir une paire de lunettes de sport Nike? À raison d’un point par tranche de 20$ d’achat, c’est donc dire qu’il faut dépenser 16 000 $ pour obtenir «gratuitement» une paire de lunettes évaluées, à 50 $. Toute une économie...

Comment contrôler ses cartes de crédit
Deux gaffes devraient être évitées avec les cartes de crédit. Premièrement, ne demandez jamais une avance de fonds, à moins d’avoir déposé un montant équivalent pour couvrir le retrait. Deuxièmement, ne tirez jamais de chèques sur une carte de crédit, à moins d’avoir, comme précédemment, crédité d’autant le compte. Parce que, à défaut d’agir ainsi, les intérêts commenceront à courir dès le moment où l’argent provenant de l’avance de fonds ou du chèque sera retiré. Aucune période de grâce de 21 jours (comme c’est habituellement le cas avec les achats) n’est accordée lorsqu’un retrait est effectué par avance de fonds ou encaissement d’un chèque sur carte de crédit.
Le client qui n’est pas en mesure de rembourser au complet son solde de carte de crédit à la fin de chaque mois devrait se procurer une carte à taux réduit. Il économisera ainsi des frais d’intérêt. Ces cartes facturent habituellement de quatre à neuf points de pourcentage de moins que les cartes de crédit traditionnelles. Pour bénéficier de cet avantage, on exigera de vous un droit d’adhésion annuel allant de 25$ à 100$. Bien entendu, le détenteur qui paye toujours complètement son solde de carte de crédit n’a aucun avantage à tirer d’une carte à taux réduit.
Les cartes de crédit, lorsque mal utilisées, sont un vrai cancer en matière de finances personnelles. Il est vrai que nous sommes énormément sollicités. C’est bien la preuve que les institutions financières font beaucoup d’argent avec le plastique. Sinon, pourquoi les banques, les caisses, les grands magasins et les pétrolières dépenseraient tant d’énergie à vouloir nous convaincre de collectionner leurs cartes?
Avez-vous besoin de toutes ces cartes de crédit? Non! Une seule suffit, peut-être deux. Il y a bien des consommateurs qui ne sont pas capables de contrôler leurs dépenses. L’accumulation des cartes procure une impression de richesse. Et les grands magasins demandent 28,8% d’intérêts. À ce rythme d’enfer, votre solde doublera en l’espace de trois à quatre ans. Le crédit est encore plus cher avec les émetteurs de cartes de paiement. Les cartes American Express et Diners Club / EnRoute imposent 30% d’intérêts sur les paiments en retard. Assez pour vous faire regretter vos achats.
Les clients qui payent en entier leurs soldes de cartes de crédit le moment venu sont les grands gagnants du système de cartes de crédit. Ils se font prêter gratuitement de l’argent durant une période moyenne de 21 jours. Que les taux d’intérêt s’élèvent à 18%, 24% ou près de 29%, comme c’est le cas dans les grands magasins, ils s’en foutent royalement puisqu’ils ne débourseront jamais un cent d’intérêt.

Réduisez vos frais bancaires
Au fil des ans, les banques et les caisses ont multiplié les frais bancaires. Si vous voulez éviter les mauvaises surprises, évitez de payer les services et transactions bancaires à la pièce. Pour s’en tirer raisonnablement, il faut opter pour un forfait couvrant le mieux possible le type et le nombre de transactions bancaires effectuées habituellement durant un mois. Payer les services bancaires à la pièce pourrait vous coûter le double ou même le triple du prix du forfait idéal. Pour déterminer le forfait le plus près de vos besoins, demandez l’aide d’un préposé de votre institution financière.
Par ailleurs, savez-vous qu’à l’intérieur d’une même banque ou caisse, vos frais bancaires peuvent vous coûter de deux à quatre fois trop cher si vous n’avez pas le bon compte? Rendez-vous service et vérifiez si vous ne gaspillez pas votre argent!
La meilleure façon de choisir l’institution la moins gourmande est de générer une proposition de forfait bancaire par le biais du site Strategis d’Industrie Canada (www.strategis.ic.gc.ca — cliquez sur les services aux consommateurs). Un calculateur de frais bancaires vous permettra d’effectuer une comparaison de coûts entre toutes les institutions bancaires. Vous allez vous apercevoir que des écarts relativement importants existent entre les institutions.