Atelier Éducation et homosexualité

Cohorte Omega
Commentaires
En introduction fut présenté en vidéo une partie de l’émission « Enjeux » portant sur un jeune adolescent faisant son «coming out» dans son école. Une expérience positive dans laquelle le jeune a bien réussi sa sortie, alors que les intervenants du milieu lui ont rendu la vie facile. Réactions des participants de l’atelier: - Certains ont mis en doute que cela soit possible dans la plupart de nos écoles secondaires surtout si le jeune avait une allure un tant soit peu efféminée. - Le milieu scolaire est encore très conservateur et il y a peu de directions ou de parents qui favoriseraient le coming-out d’un jeune. - Dans la majorité de nos institutions scolaires un jeune qui serait ouvertement gai pourrait même mettre en péril sa santé et sa sécurité physique. - Il est plus facile de faire sa sortie dans les endroits où le personnel enseignant ainsi que le personnel de soutien ou professionnel de l’éducation ont reçu une formation adéquate sur la réalité des gais et lesbiennes. Par exemple dans cette école de la région de la Beauce où il y a eu beaucoup de sensibilisation et de formation en ce sens. En introduction fut présenté en vidéo une partie de l’émission « Enjeux » portant sur un jeune adolescent faisant son «coming out» dans son école. Une expérience positive dans laquelle le jeune a bien réussi sa sortie, alors que les intervenants du milieu lui ont rendu la vie facile. Réactions des participants de l’atelier: - Certains ont mis en doute que cela soit possible dans la plupart de nos écoles secondaires surtout si le jeune avait une allure un tant soit peu efféminée. - Le milieu scolaire est encore très conservateur et il y a peu de directions ou de parents qui favoriseraient le coming-out d’un jeune. - Dans la majorité de nos institutions scolaires un jeune qui serait ouvertement gai pourrait même mettre en péril sa santé et sa sécurité physique. - Il est plus facile de faire sa sortie dans les endroits où le personnel enseignant ainsi que le personnel de soutien ou professionnel de l’éducation ont reçu une formation adéquate sur la réalité des gais et lesbiennes. Par exemple dans cette école de la région de la Beauce où il y a eu beaucoup de sensibilisation et de formation en ce sens. Par la suite plusieurs témoignages ont permis d’orienter les participants dont :
- celui d’un jeune qui a reçu une mise en demeure de la direction de son école pour qu’il cesse de vivre son orientation sexuelle au grand jour;
- un autre faisant état d’une entente qui a dû être signée, dans le cadre d’un cours de français pour étrangers, imposée aussi par la direction, afin d’empêcher un étudiant de parler désormais de son orientation sexuelle, sous prétexte que cela pouvait troubler l’ambiance des cours.

Il y a eu consensus de la salle pour pointer du doigt le mutisme des enseignants, des directions et de l’administration des commissions scolaires face au harcèlement et à la violence dont sont victimes les jeunes gais et lesbiennes dans les écoles primaires et secondaires en particulier. Lorsqu’il est question de racisme ou de sexisme les intervenants scolaires agissent rapidement mais lorsqu’il s’agit d’actes homophobes il n’y a pas de réaction, avec pour effet de cautionner de tels actes.

La deuxième partie de l’atelier a porté sur les orientations que devraient prendre les communautés gaies et lesbiennes pour les prochaines années. Les résolutions suivantes ont été adoptées:

Recommandations

- Que la Table de concertation des lesbiennes et des gais demande à la Commission des droits de la personne et de la jeunesse du Québec de convoquer des audiences publiques sur la question de l’éducation face à la réalité des gais et des lesbiennes.
- Que ces communautés fassent en sorte que soit crée une coalition, du type de la Coalition pour la reconnaissance des conjoints de même sexe, pour faire pression sur les différentes instances concernées par la discrimination et les difficultés vécues dans le milieu de l’éducation, relativement à l’homosexualité.

– Qu’on profite de la semaine de la prévention du suicide pour souligner le haut taux de suicide chez les jeunes gais et lesbiennes.

– Que soit inscrits dans les agendas scolaires des étudiants au secondaire les numéros d’organismes venant en aide aux jeunes gais et lesbiennes comme Gai Écoute.

- Que les commissions scolaires se donnent des politiques pour contrer le harcèlement et la violence homophobes, et en assurent le suivi.

- Que soit promue la formation du personnel enseignant, des professionnels et du personnel de soutien oeuvrant dans le domaine de l’éducation, relativement aux réalités des gais et des lesbiennes.

- Que soit inclu dans les programmes, les manuels scolaires et le curriculum un volet traitant de l’homosexualité.

- Qu’on fournisse aux divers intervenants du milieu de l’éducation une boite à outils pouvant aider à ce que les jeunes comprennent la réalité des gais et lesbiennes.

– Qu’on rende disponible la littérature portant sur les gais et lesbiennes dans les bibliothèques scolaires.

– Qu’on subventionne les recherches portant sur la réalité des jeunes gais et lesbiennes.

– Recommandations ajoutées en plénière :

ß qu’on intervienne auprès du ministère de l’Éducation afin que les manuels scolaires présentent des modèles pluralistes, représentatifs de la société québécoise actuelle : familles traditionnelles, mais aussi monoparentales et recomposées, conjoints de même sexe masculin ou féminin.
ß qu’on fasse en sorte que les projets éducatifs des écoles primaires et secondaires (documents qui régissent la vie interne des écoles) incluent les notions de promotion de la tolérance et de lutte à la discrimination.