Souvenirs de vacances...

Le Danois en 20 leçons

Mado Lamotte
Commentaires

Bout de viarge Mado Lamotte, veux-tu ben me dire ce que tu es venue faire icitte! Plus loin de chez vous encore! Ah mes petits poussinots, si j’avais su que c’était beau de même le Danemark, ça fait longtemps que j’aurais “loadé” ma carte Visa pour partir à la conquête du pays des Vikings et du fromage en canne.

Evidemment mon voyage a ben mal commencé, parce que figurez-vous donc, qu’en arrivant à l’aéroport de Copenhague, ces crétins d’employés de l’aéroport d’Amsterdam avaient foutu mes valises dans le mauvais avion. C’est fin ça, j’ai été obligée de passer deux jours en veste de laine à 30 degrés avec mon p’tit pétalon crème en polyester, tout taché du criss de ragoût de boulettes pas mangeable qu’ils nous ont servi dans l’avion. Pire qu’un repas sur Canada 3000, vous voyez le genre! Heureusement qu’ils m’ont payé le taxi jusqu’à l’hôtel, payé par la compagnie aérienne, parce que sinon je me serais ramassée à dormir dans un sauna. Mais faites-vous en pas, je suis quand même allée voir de plus près, pour votre bénéfice très chers lecteurs, ce qui se trame dans les lieux de perditions du Danemark. Presque la même chose qu’ici, ben du monde blasé qui se cruise avec l’air bête en se pognant le moton. La différence c’est que la-bàs y’a pas moyen de s’acheter une chambre, même si tu t’appelles Nana et que tu fais une crise pour avoir ta suite royale au Sauna Oasis. Ici tout le monde paye le même prix. 25$ pour un casier, une serviette grosse comme un linge à vaisselle et un condom tellement mince que j’ai eu peur qu’il se pète en déchirant l’enveloppe. Ca fait que si tu veux te faire gruger le beigne en privé, t’es mieux d’être patient parce que dès qu’une chambre se libère, c’est pas long que toute la gang d’airs bêtes en chaleur se garochent sur le premier p’tit lit en cuirette disponible, encore tout trempe de la sueur des baiseurs d’avant. Si vous voulez mon avis, c’est pas très hygiènique tout ça. Et moi qui s’était ramassé un beau p’tit Backstreet Boy danois à la grosse Discothèque de Copenhague en pensant faire ça coucher pour une fois, ben il n’était pas question que j’aille me coller les fesses sur les bibittes des autres. J’ai accroché mon ti blond pas de poils par le bras et je l’ai entrainé d’urgence dans la boucane du bain de vapeur. D’un coup sec je lui ai arraché sa guénille et avec mon plus bel accent québécois je lui ai dit: “Envoye mon beau fif, viens icitte que je te montre comment on fait ça chez nous!” Quand j’ai vu la beauté de son bras de bébé j’ai pas eu besoin de me faire prier pour me jeter à ses pieds. Si j’en juge par la rapidité avec laquelle il a déchargé son trop plein d’énergie sur mon beau corps de vierge italienne, faut croire que matante a pas perdu la “touch”. Mon dernier chum m’appelait pas sa “trailleuse électrique” pour rien! Mais, Oh malheur! Deux minutes d’intense jouissance grâce à ma bouche experte et voilà que mon jeune pédé était prêt à me marier et à me faire une trollée de jeunes danois sur le champ. C’est drôle quand même les promesses qu’on se fait et les niaiseries qu’on dit pendant l’orgasme. J’comprends pourquoi on dit que c’est le cul qui mène le monde. Pas besoin de vous dire que, dès que je suis revenue de mon petit casier, mon beau blond avait disparu. Au bout de deux jours à attendre mes valises toute nue dans ma chambre, les bouttes frostrés par l’air climatisé, je vous dis que j’étais contente quand le p’tit gars de KLM est arrivé avec mes fausses valises Gucci. Vous auriez du voir l’étalon qui s’est présenté devant moi mes enfants, grrr... Un splendide arabe aux yeux noirs comme l’ébène avec le sourcil touffu qui lui traversait le front au grand complet. Vous auriez du l’entendre se confondre en excuses. J’ai pas pu m’empêcher de le réconforter et quand il est reparti de ma chambre deux heures plus tard avec le sourire fendu jusqu’aux oreilles (et la fly descendue jusqu’aux orteils) je suis certaine qu’il devait être aussi ravi que moi qu’on ait retrouvé mes valises. Mais au risque de passer pour une menteuse, j’ai quand même fait autre chose que de m’envoyer en l’air avec le premier venu. Comme dirait Françoise Durocher, “chu peut-être une guidoune, mais ch’t’une guidoune qui se donne!” Il y a tellement de belles choses à voir au Danemark qu’une semaine c’est trop court pour apprécier à sa juste valeur ce magnifique pays où il fait bon respirer l’air frais de la Mer du Nord. Et doux Jésus qu’ils sont beaux les danois. Un ti peu trop blonds, un ti peu trop grands et un ti peu trop propres à mon goût par exemple. Ils ont tous l’air sorti d’une pub de Gap, viarge! Et bonté divine qu’ils ne sont pas stressés et beaucoup trop décontractés pour moi. Je m’ennuyais quasiment des happy hours du Peel Pub. C’est ben too much du monde poli et sympathiques mais Dieu que c’est ennuyant d’être gentil 24 hres sur 24. Pas besoin de vous dire qu’ici, les bitchs de mon espèce y’en a pas. Y’a même pas de drags queens cibole! Et comme dans toutes les grandes villes européennes, encore une fois les straights sont cent fois plus beaux, plus stylés et plus sexys que les gais. Faudrait que quelqu’un dise aux moumounes du monde entier que c’est laite un chandail en lycra qui te pète sur le corps et des pantalons serrés en pseudo satin lustré même si ce sont des Versace. Mais bon, j’avoue que j’ai eu mon overdose de jeunes couples hétéros. Ici tout le monde est en couple à partir de 14 ans. Non mais c’est quoi le trip de vouloir se matcher avant 65 ans? Pis y’a tu rien de plus plate que du monde qui font du jogging en amoureux, du vélo à deux, l’épicerie en famille et qui bouffent des hots-dogs les yeux dans les yeux. Qu’est-ce que c’est que ce monde civilisé où les gens attendent aux lumières rouges, où les enfants ont tous un cellulaire, où les pousse-pousse de bébés ont une section réservée dans le train et où, oh misère, le sexe et le pot sont tellement “légals” que c’en est banal! Heureusement que le paysage est à couper le souffle et que l’architecture des châteaux Rococco est à tomber à terre. J’ai même eu le bonheur d’apercevoir la Suède au loin pendant qu’un pécheur d’anguilles me plottait la raie au pied de la statue de la petite Sirène.
Mais sans jokes mes chéris, j’ai vraiment fait un superbe voyage et même si c’est à l’autre bout du monde et que parfois le peuple danois semble un peu froid et réservé, ça vaut la peine d’aller voir de plus près comme c’est possible une société harmonieuse où le respect et la générosité font partie des moeurs et de la vie quotidienne. Vraiment ici, on pense au bien-être des citoyens. Nos chers politichiens devraient lâcher les Etats-Unis et la Chine et faire un p’tit tour du côté de la Scandinavie un peu plus souvent. Mais bon, je vous dit pas que je vivrais là-dedans à longueur d’année parce que une fois de temps en temps ça me prend ma dose de “squeegees” et de putes de la rue Ontario, mais même si la canette de Coke coûte 5$ et un repas chez McDo 15$, le Danemark c’est un maudit beau pays où je me promet de retourner finir ce que j’ai commencé avec mon beau barman dans les toilettes du “Men’s Bar”. “Jörge, wait for me mon chéri, dès que j’ai ramassé 5000$ en petit change je saute dans le premier avion pour Copenhague!”
En terminant, je sais que j’aurais du vous parler de la fête de la fierté gaie mais cette année il n’y a pas de quoi être ben ben fière de notre belle communauté. Heureusement que la plupart d’entre vous ne saurez rien des petites querelles des dernières semaines entre l’organisation de Divers Cité et certains établissements du village. Par manque d’informations et surtout parce que je travaille pour tout le monde sans discrémination, je ne prendrai pas position pour un camp ni pour l’autre. Tout ce que je peux dire c’est que malheureusement, dès qu’il est question d’argent, la chicane pogne. Heureusement ils ont fini par s’entendre. En espérant qu’il fera un soleil de plomb le jour de la parade et que vous viendrez nombreux voir les différents spectacles de qualité offerts par Divers Cité au parc Berri. Ne manquez surtout pas la soirée du samedi “Mascara 2” que j’ai l’honneur d’organiser et d’animer encore une fois cette année. Un spectacle mettant en vedette les meilleures drags queens de Montréal qui promettent une fois de plus de vous en mettre plein la vue.
Be there or be Queer. Fif un jour, fif toujours!
madoarobas.net
ww.mado.qc.ca

 

  Envoyer cet article

Souvenirs de vacances...

Le Danois en 20 leçons

Evidemment mon voyage a ben mal commencé, parce que figurez-vous donc, qu’en arrivant à l’aéroport d (...)

Publié le 01 août 1999

par Mado Lamotte