La mode est au néo-rétro

Tendances

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Si la tendance se maintient, cette mode sera un véritable phénomène dépassant les simples exercices de style des manufacturiers présentés lors des grands salons internationaux. Deux exemples ont marqué les dernières années et donnent deux approches différentes du néo-rétro: la New Beetle, qui réinterprète le mythe de la vénérable Coccinelle, et la PT Cruiser de Chrysler, qui fait référence par son design aux modèles de Chrysler durant les années 50. Déjà d'autres constructeurs ont emboîté le pas, en puisant dans l'histoire de leur marque pour donner un style à certaines composantes de leurs nouveaux modèles (la calandre, la forme arrière et les phares de Jaguar S-Type et X-Type) ou en suivant les traces de Volkswagen (Citroën prévoit sortir un clone moderne de la 2 CV). Mais l'exercice reste périlleux. S'adressant à une clientèle qui veut se distinguer de la masse, le néo-rétro doit résister à l'usure du temps en matière de mode et bénéficier des toutes dernières avancées technologiques pas toujours compatibles avec les formes d'une autre époque. Mais les réussites commerciales de la Beetle et de la PT-Cruiser ont ouvert la voie vers d'autres surprises.
La plus attendue est sans doute le retour de la Mini Cooper. Lancée au début des années soixante en Grande- Bretagne, la toute petite traction avant, surnommée par de méchantes langues «la boîte à savon», a marqué la génération yéyé. Toutes les grandes stars en ont possédé au moins une, lui donnant une place de choix dans leur garage (Ringo Star, David Bowie), une place parmi les Ferrari, Porsche et autres bolides. Pendant plus de quarante ans, la Mini a gardé sa forme originale, même si elle a disparu des routes du continent américain depuis une vingtaine d'années. Les déboires de la marque anglaise ont fait que la Mini est passée sous le giron de BMW et c'est la marque allemande qui lancera, à la fin de l'année, la nouvelle Mini. Sur les photos, aucun doute, c'est une Mini. Mais là s'arrête la comparaison. Au-delà de la ligne générale qui respecte à la lettre l'esprit de la Mini, tout est nouveau et bénéficie des éléments de sécurité auxquels on est en droit de s'attendre : sacs gonflables frontaux et latéraux, freins ABC, contrôle assisté de la stabilité. De nombreuses options peuvent satisfaire les acheteurs les plus exigeants : sellerie cuir, système audio haut de gamme. Un léger défaut, dont souffre aussi la New Beetle, sera le prix, qui dépassera largement la barre des 20 000 $. Les jouets connaissent l'inflation.
Autre réinterprétation : le mythique cabriolet Ford Thunderbird de 1958. Au fil des différentes déclinaisons du modèle, ce dernier avait connu le désengouement du public jusqu'à disparaître tout simplement du catalogue de la marque. Il manquait à Ford un cabriolet de prestige. C'est fait avec la réincarnation du style et du charme de la fin des années cinquante. Plus sobre dans le design, elle a gardé, entre autres, les fameux hublots de son toit dur amovible. Elle sera sûrement un bon investissement pour les heureux propriétaires. Produite en série limitée, au prix d'environ 50 000 $.
Fini le temps où toutes les voitures se ressemblaient en essayant de plaire à chacun et à son père pour, finalement, ne satisfaire à personne. Fini le temps où de grands constructeurs proposaient le même modèle en changeant le logo selon la division. Même si les voitures de plusieurs constructeurs partagent les mêmes éléments structurels ou mécaniques, il faut marquer la différence pour qu'au premier coup d'œil, on puisse mettre un nom sur le modèle que l'on croise. Il ne faut pas croire que les acheteurs ne soient pas sensibles à l'esthétique au profit des qualités intrinsèques du véhicule. On préfère les rondeurs, même tourmentées, qui rappellent les productions d'après-guerre.
Cette tendance néo-rétro se retrouve ainsi sur les tables à dessin de tous les départements d'étude de style, et il suffit d'un peu d'attention pour remarquer que presque tous les nouveaux modèles arborent ces petites touches historiques. Un exemple : la calandre du nouveau Jeep Liberty, gros clin d'oeil au Jeep Willys de la Seconde Guerre mondiale. Mais d’autres surprises peuvent voir le jour dans les mois qui viennent. Un étonnant 4 X 4 de Chrysler ou encore le Combi Volkswagen proche de celui qui servait de résidence et caravane à la génération hippie.
Difficile de prévoir si la tendance se maintiendra puisque les modes, comme chacun le sait, sont éphémères et que le goût du public est versatile.