À la recherche d’un public

Les télés spécialisées

Yves Lafontaine
Commentaires
L’arrivée des stations spécialisées depuis le milieu des années 90 a changé l’horizon télévisuel québécois. Normal, il fallait se trouver des téléspectateurs. Et de conservatrice, la télé est devenue, par cette arrivée massive, plus aventureuse, de manière à se développer un public.

Dans l’ensemble, on peut dire que l’opération a fonctionné: les télévisions spécialisées rejoignent près de 29% de l’auditoire. Certains groupes semblent, plus que d’autres, vouloir courtiser le marché gai. Tout d’abord, il y a le groupe Astral-Télé, propriétaire de Super Écran, Moviepix, The Movie Network et d’une quantité importante de canaux spécialisés : dont Olé ! la télé payante qui propose des films pornos gais, Série +, qui a diffusé la série Histoires Gay (Queer as Folk) et diffusera, cet été, Les Chroniques de San Francisco (Tales of the City, More Tales of the City et Further Tales of the City) et Canal Vie qui diffuse Éros et cie et Sortie Gaie, le seul magazine-télé totalement gai au Québec. Ensuite, se démarque le groupe Alliance-Atlantis, le plus important distributeur de films et producteur télé au Canada, qui possède Showcase, diffuseur canadien de la version américaine de Queer as Folk. Notons aussi qu’environ le tiers de la programmation de Showcase a une thématique gaie, de près ou de loin. Alliance/Atlantis possède également de nombreux autres canaux spécialisés, dont Life Network qui diffuse quotidiennement Real World et U8TV, deux reality shows où l’on retrouve des gais. Surtout, c’est Alliance/Atlantis qui a obtenu, l’automne dernier (par l’entremise de Levfam, un consortium de Hamilton, dont elle est l’un des partenaires principaux), le permis de catégorie 1 pour son projet de télévision numérique Pride Vision. Informations sur la communauté gaie et lesbienne, émissions de type «style de vie», retransmission de spectacles, films, aussi bien que documentaires de type biographie seront au menu de la programmation de cette première station gaie au Canada (la première dans le monde?). Entrée en ondes prévue à l’automne 2001. Pour ce qui est de G & L, le projet francophone du Groupe Astral, qui a obtenu un permis de catégorie 2, l’échéancier de mise en ondes n’a pas encore été fixé.