«Ce soir, nous allons vous parler d’homosexualité»

Les émissions d’affaires publiques et les reportages

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
De Claire Lamarche à Droit de parole, d'Enjeux aux Idées lumières, toutes les émissions d'affaires publiques, ou de grands reportages, consacrent des volets aux problématiques gaies et lesbiennes. Aucune hésitation à aller plus loin que le législateur sur des sujets comme le mariage, l'adoption, les enfants de gais ou de lesbiennes, sans oublier les Gay Games d'Amsterdam et les grands événements qui jalonnent l'agenda culturel rose: Divers Cité, le Black & Blue ou encore, dans une moindre mesure, le Festival Image et Nation. Cette présence régulière était encore impensable il y a dix ans, sinon sous l'angle sensationnaliste du fait divers ou de la mise en garde. On allait parler du «douloureux problème», façon Janette Bertrand. Reconnaissons le mérite de Janette Bertrand d'avoir, avec intelligence et respect, ouvert la voie à une époque où peu de ses confrères avaient voulu s'y engager.
Tous les aspects de la vie homosexuelle sont abordés en lien avec l'actualité. Le mariage, les parents gais, les enfants gais. Sous forme de table ronde, de talk-shows ou d’entrevues avec des personnalités faisant leur sortie. On en parle beaucoup, et avec les personnes concernées. Enjeux, à Radio-Canada, a même abordé la détresse des jeunes gais en milieu scolaire. Changement notable, les gais sont consultés lors d'émissions n'ayant pas a priori un sujet les concernant spécialement. Liza Frula, dans son émission d’affaires publiques a contacté Laurent McCutcheon (de la Table de concertation) pour qu’il donne son point de vue de gai sur la thématique du jour : quel genre de pape devrait succéder à Jean-Paul II !!!
De son côté, Bernard Derome, dans ses rencontres avec de simples électeurs, a interviewé une lesbienne de Vancouver lors de la campagne fédérale, pour savoir quel serait son choix.
Même si tous ces exercices fleurent encore la pédagogie, ils démontrent la ténacité des préjugés et la méconnaissance des réalités gaies et lesbiennes tout en les combattant. Ils témoignent aussi de la capacité des communautés à occuper un espace social dont elles étaient, il y a à peine 20 ans, tenues à l'écart.