Être jeune en l’an 2000

Yves Lafontaine
Commentaires
Un grand nombre d’adolescents gais et lesbiennes ont de la difficulté à s'identifier à l'homosexualité en raison de la mauvaise image de cette orientation dans notre société et d'une pression énorme durant l’adolescence pour se conformer à la norme hétérosexuelle. Or si l'homophobie demeure présente malgré des lois qui interdisent la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, une lente mais réelle sensibilisation s'est amorcée dans la société québécoise depuis quelques années pour favoriser une plus grande ouverture face à l'orientation homosexuelle. Les effets bénéfiques de cette sensibilisation se feront davantage sentir à long terme. Les jeunes pourront sans doute accepter et révéler plus facilement leur orientation sexuelle. Toutefois, l'effet de cette nouvelle ouverture est encore embryonnaire. Cela dit, lorsque nous avons fait un appel aux jeunes gais et lesbiennes de 13 à 20 ans pour participer à ce numéro spécial, nous étions loin de nous douter que près de quatre-vingts jeunes (surtout des gars, faut-il préciser) répondraient à l’appel. Difficile de dire si ces jeunes sont représentatifs des autres jeunes homosexuels de leur âge. Difficile de dire s’ils sont rendus plus loin ou aussi loin dans leur processus d’acceptation que les autres. Quoi qu’il en soit, il est indéniable que les adolescents homosexuels constituent un groupe hétérogène et il faut, par conséquent, faire attention de ne pas tirer de conclusions trop rapides. De plus, même si généralement nous utilisons les termes «gais» et «lesbiennes» pour désigner des adolescents qui ont une orientation homosexuelle, quelques-uns des adolescents qui ont pris contact avec nous ne se sentent pas à l'aise d'être qualifiés de «gais» ou de «lesbiennes», parce qu'ils n'ont pas encore assumé leur orientation, ou encore parce qu'ils se considèrent davantage bisexuels, du moins à ce moment de leur vie.

Parallèlement à ces portraits de groupes (de jeunes gais et de jeunes lesbiennes), nous vous proposons également le témoignage émouvant d’un jeune gai sur son parcours de vie, une liste des ressources disponibles pour les jeunes gais et lesbiennes, des exemples d’initiatives de sensibilisation en milieu scolaire et, finalement, les résultats de l’étude québécoise commandée par Gai Écoute et qui confirme le lien entre le suicide chez les jeunes et l’homophobie.