Pour changer les choses

Le pouvoir de donner

Yves Lafontaine
Commentaires
Si l’argent est souvent la source de bien des maux, la racine latine du mot «charité» se traduit, elle, par «l’amour qui s’exprime par la compassion et la recherche du bien», tandis que le mot «philanthropie» a pour origine deux mots grecs qui signifient «l’amour du genre humain». Cet amour, nous l’exprimons à travers des dons d’argent, de biens ou de temps pour des causes qui nous passionnent. Comme l’action communautaire et le militantisme, l’argent peut aussi donner le pouvoir de changer les choses. Nous pouvons financer l’élection de bons candidats gais ou hétérosexuels sensibles à nos réalités spécifiques pour contrer des lois oppressives ou des règlements désuets. Nous pouvons faire avancer les dossiers qui nous préoccupent et donner des soins aux malades et aux personnes âgées de notre communauté. Nous pouvons construire des centres communautaires ou des bibliothèques pour abriter les collections gaies et lesbiennes. Nous pouvons financer des services pour les jeunes, aider à la diffusion et au développement de services dans des secteurs où le gouvernement s’est retiré ou n’a jamais investi. En somme, nous pouvons jouer un rôle essentiel pour améliorer le monde dans lequel nous vivons.
Au Québec, sept personnes sur dix donnent un peu plus que deux pour cent de leurs revenus régulièrement. La raison qui sous-tend ce geste a été analysée au cours de plusieurs études et reposent sur les faits suivants : les personnes qui donnent le font en échange de bulletins d’information ou à un bien tangible quelconque ou parce que leur aisance les culpabilise; ou parce qu’elles pensent avoir donné trop peu, n’avoir pas suffisamment rendu service; ou enfin parce qu’un groupe partage leurs propres convictions.
Le don est un geste, un pouvoir économique qui peut avoir des conséquences phénoménales. Lorsque chaque gai ou chaque lesbienne consacre un peu de temps ou d’argent à un but précis, cela nous confère du pouvoir en tant que groupe.
Si cela vous intéresse d’avoir un droit de regard sur ce qu’il advient autant d’un don occasionnel, mensuel que d’un leg que vous feriez, considérez ce qui est important pour vous. Peut-être que les valeurs qui alimentent votre propre vie seraient un bon point de départ. Ciblez les gens, les lieux, les valeurs, n’importe quoi, mais agissez. Classez-les par catégories, puis par ordre d’importance. Identifiez les gens ou les organismes qui les véhiculent, les diffusent ou les donnent en exemple.
Une grande partie de l’héritage de l’épidémie du sida a été de comprendre la manière dont les individus peuvent combler un besoin ignoré par le gouvernement et travailler de concert à procurer une meilleure existence aux victimes de ce fléau. En plus de cette solidarité, quelques fondations ont vu le jour comme la Fondation Farah (qui organise la marche de soir pour le sida le 23 septembre) et la Fondation BBCM (qui produit l’événement qu’est le festival Black & Blue au début octobre). Par ailleurs, deux fondations aux missions plus qu’honorables ont pris leur envol cette année : la Fondation Émergence de l’organisme Gai Écoute — dont l’objectif est de financer le développement des services de cette ligne d’écoute et de références — et la Fondation Mario-Racine du Centre communautaire des gais et lesbiennes de Montréal dont le but est d’amasser les fonds suffisant pour construire un édifice à la mesure des ambitions de la communauté. Et de nombreux organismes comme les Archives gaies du Québec et Diffusions Gaies et Lesbiennes du Québec (qui organise le festival Image & nation) possèdent des chartes d’organismes de charité et peuvent émettre des reçus pour dons de charité.
Nous parlons souvent de vision ou d’idées ou de ce que serait le monde si certains changements pouvaient survenir. Si ce monde que nous voulons ne peut pas être acheté avec des dollars, il ne peut cependant exister sans les ressources qui doivent être investies dans des organismes qui savent comment apporter les changements dont nous avons besoin. Des gens compatissants, créatifs s’impliquent et ont besoin de votre aide. Nous bénéficierons tous de leur action en visant les mêmes buts au-delà de notre confort routinier.
Les organismes ont besoin de vous. Alors, qu’attendez-vous pour donner généreusement?