Turquie - homophobie

Les auteurs d’un crime d’honneur condamnés

Karl Mayer
Commentaires

Le père et les deux oncles d'un jeune homosexuel de 17 ans, tué en raison de son orientation sexuelle, ont été condamnés à la prison à perpétuité, mais le motif homophobe n'a pas été officiellement retenu par la justice.

Le jeune Ro?in, 17 ans, avait été retrouvé au bord d’une route, une balle dans la tête, le 2 juillet 2012. Il était décédé à l’hôpital deux jours plus tard. L'adolescent était homosexuel, ce que sa famille n'acceptait pas. Il a donc été victime d'un « crime d'honneur » de la part de son père et de deux des ses oncles. Ces derniers ont été condamnés par un tribunal à la prison à perpétuité après un procès de près d'un an qui a suscité un important retentissement en Turquie. 

Le motif homophobe du crime n’a toutefois pas été explicitement retenu dans le jugement. Pourtant, le caractère homophobe du meurtre du jeune homosexuel ne fait aucun doute, même si le père a prétendu pour sa défense que la mort de son fils résultait d’une dispute qui aurait mal tourné après une fugue. « Si mon fils avait été gai, je l’aurais tué de mes propres mains! Vous nous avez couverts de honte », a déclaré la mère de la victime, s'en prenant aux associations LGBT qui ont accompagné le procès pour tenter de lui donner une valeur d'exemple des conséquences de l'homophobie régnant en Turquie.  Mais des témoins ont attesté du projet de tuer l’adolescent, devenu « une honte » aux yeux sa famille.

La publicité donnée au procès a contribué à le charger d'une grande tension, la famille de la victime mettant en cause le rôle des journalistes et des associations. À l'occasion de cette affaire, le principal parti d’opposition turque a réclamé une loi spécifique pour les « crimes de haine » visant les minorités sexuelles, ce crime n'étant, hélas, pas le premier ni le seul du genre.

 

Photo : macaron en hommage à Ro?in portant le slogan «En finir avec les crimes de haine».