Mado est au goutte

Bâtard qui fait frette

Mado Lamotte
Commentaires
Mado Lamotte

Dans quelques semaines (ou quelques mois), ça sera peut-être le printemps et c’est pas moi qui vais s’en plaindre. Bâtard qu’il est rough l’hiver cette année. Hey que j’ai hâte de me promener en gougounes ! Patience Mado, c’est pas le temps de pogner une pneumonie. Viarge que j’en peux pus d’attendre que le mercure monte au-dessus des 10 degrés. Côlasse que j’haïs ça le frette. 

Quand est-ce qu’ils vont se décider à mettre un toit sur Montréal au grand complet ! Si on a été capable de recouvrir la Plaza St-Hubert, me semble qu’on pourrait faire la même chose au-dessus de la ville. Comme ça l’inconsciente que je suis qui roule à vélo à moins 15 aurait fini de scraper ses bords de pantalon avec de la slush et du calcium. Pis là j’parlerai pas des poches de sel répandues tout croche sur nos trottoirs qui font quasiment fondre mes semelles de bottes lunaires et que chu sûre que si j’me couche à terre sur une de ces montagnes salines j’vas me mettre à flotter comme sur la mer Morte, parce que si jamais j’apprends que c’est avec mon argent qu’on gaspille ces tonnes de sel, je vais pisser sur le parterre de l’hôtel de ville ! 
 
Oui, je sais, je devrais faire comme le commun des mortels l’hiver; me promener en char ou rester chez nous, mais que voulez-vous, je ne serai jamais le commun des mortels pis chu née à Rosemont moé madame, j’ai toujours marché ou pédalé pour me déplacer pis j’ai jamais eu de chauffeur pour me conduire au dépanneur. Traitez-moi de viking ou de givrée, chu ben sur mon vieux bicycle et sur mes deux jambes qui me permettent d’aller partout où je veux en ville sans rester pognée dans un bouchon et sans avoir à attendre après un autobus en retard ou un métro bloqué entre deux stations. Même si je suis à fond pour le transport en commun, j’ai aucune patience dans un autobus bondé d’éco-liers à la voix stridente et j’ai ben de la misère à supporter les mille et une odeurs corporelles qui se mêlent aux effluves de parfums cheaps des vendeuses du centre-ville dans un métro rempli à pleine capacité. 
 
« Dring, dring ». Bon qui est-ce qui me dérange encore pendant mes trente minutes de chialage quotidien? « Bonjour madame Lamotte? Mon nom est Carmen Gingras (plus laite comme nom bâtard!) et j’aimerais savoir si vous avez un aspirateur central à la maison? » De cossé? J’habite dans un troisième étage et y’a juste des planchers de bois chez nous, madame ! Pis à part ça, savez-vous quelle heure il est là? Midi pile. A-t-on idée d’appeler chez le monde à une heure pareille? J’aurais pu être en train de dormir ! Pour votre information madame la balayeuse, on se lève pas tous à 7 heures du matin dans un bloc appartement de ville Lasalle pour passer sa matinée à faire du télémarketing dans son salon avec la télé ouverte sur les recettes de Kraft Diner de Ricardo avec le bébé qui garroche son Pablum sur l’écran à chaque publicité des Jeux olympiques parce que lui non plus y’est plus capable d’en entendre parler toutes les dix minutes depuis 2 mois! Ça fait que vos tuyaux de suceuse de poussière, vous pouvez ben vous les mettre où je pense et si je pogne le p’tit verrat qui vous a donné mon numéro de téléphone j’y arrache les cheveux de la tête un par un avec une pince à sourcils!
 
Bon, bon, du calme Mado, va donc prendre tes emails et lire les centaines de messages sur Facebook de tes admirateurs qui vont encore te dire que tu es extraordinaire et que sans toi la vie ne serait pas aussi drôle. 
 
S’ti qu’y’est pas vite c’t’ordinateur là! Faudrait peut-être que je le change? Le vendeur m’avait bien dit qu’avec les nouveaux logiciels qui sortent tous les 2 mois un ordinateur maison devenait désuet au bout de 5 ans. Ça doit ben faire 10 ans que j’ai le mien. Tsé quand t’as le temps de prendre ta douche pendant que l’ordinateur s’ouvre, c’est peut-être un signe. Enwèye le smatte, déguédine, j’ai pas juste ça à faire moé, attendre. Plus long viarge, j’aurais quasiment le temps d’me faire une teinture avant d’être connectée. Comment ça mon serveur ne répond pas? Comment ça mon wi-fi marche pas? Hey les voisins, avez-vous fini de jouer à Farmville sur vos iPhone, vous fuckez toutes les ondes du building!  Bon enfin, y’était temps. 
 
Aaaaaargh, cossé ça tous ces pourriels-là? Me semblait qu’avec un Mac on en recevait pas des publicités pis des messages de femme en détresse en Côte d’Ivoire qui veut déposer sa fortune de 5 millions dans mon compte de banque! Au moins, je ne reçois plus de publi-cités de « Hot Sexy Pussy from Thaïland », ni d’invitations à jouer au poker et (malheureusement) non plus d’annonces de Penis Enlargement! Mais des jokes plates sur les différences entre l’homme et la femme, des poèmes téteux sur l’amitié, des messages de paix du Dalaï-Lama, et des chaines de lettres qui sont supposées me faire gagner le million si je les envoie à 75 personnes de mon entourage sinon y va m’arriver un malheur comme à Sandy Kemp de Frankston en Australie qui est morte en recevant un frigidaire sur la tête deux jours après avoir jeté le email, ça j’en reçois encore et les profils de Facebook en chient aux deux secondes. 
 
Non, mais y’en a qui ont vraiment du temps à perdre pour rédiger des âneries pareilles! Coudon, ç’a pas de vie c’te monde-là! Pis veux-tu ben m’dire qui est-ce qui croit encore à ces histoires de Microsoft qui va donner une cent par email envoyé pour sauver la vie de Juanito, un pauvre ti gars de Iles Mouc Mouc qui souffre de malformation du muscle cardiaque? You hou, wake up and smell the hummus ! Tout ce qu’ils veulent c’est votre adresse pour continuer à vous bombarder de leurs cochonneries de publicités à chaque fois que vous allez sur internet. C’est ça qu’ils appellent le « siècle de l’information et des communications » mes chéris! 
 
Mon téléphone m’informe des nouvelles apps, internet est bourré de pubs qui promettent de changer ma vie, ma télé m’inonde d’images abrutissantes, des 4X4 sillonnent la ville pour me rappeler sur panneau tournant qu’y’a une vente de manteaux de fourrure dans un entrepôt de Côte Vertu et la caissière au Couche-Tard m’informe que le chocolat est en spécial avant que j’paye mes croustilles de riz au cornichon à l’aneth! Hey la catin, j’ai tu l’air d’une femme enceinte! Non, mais, j’ai tu vraiment besoin qu’on me communique toute cette information-là pour fonctionner dans la vie? I don’t think so! C’est parce qu’on nous remplit la tête d’informations inutiles qu’on est au courant de rien, bâtard. Mautadine que j’haïs ça le frette! Ça me fait pas, je deviens irascible pis ça me fait réfléchir! Si j’fumais, j’m’en allumerais une pour me calmer. Si je buvais (le jour), j’me prendrais un p’tit vodka tonic pour relaxer. Pis si j’mangeais d’la schnoutte ben j’avalerais une poignée de crottes de fromage pour me réconforter. 
 
S’ti que c’est pas facile d’être parfaite! Là vous vous dites, ça s’peut pas, personne ne peut résister à une poignée de crottes de fromage. Oh que oui mes chéris, quand il s’agit de mon corps, je refuse de le remplir de cochonneries. Même pas un p’tit hot-dog relish moutarde de temps en temps? Ben là, même je suis Dieu, il m’arrive parfois de me laisser aller à la tentation d’une bonne poutine du Resto du Village en rentrant ben soûle de l’Aigle Noir un jeudi soir, mais ça, ça compte pas, parce que c’est mon inconscient qui décide à ma place. 
 
Par contre, même complètement coma, essayez pas de me faire rentrer dans un Mc Donald, ça doit faire 20 ans que j’ai pas mis les pieds là et je préfère manger de la pizza en carton servie dans un sauna que de m’empoisonner avec de la viande de vaches obèses (pis là j’parle pas des filles qui travaillent là!). Bon ben, j’pense que j’ai assez chialé pour aujourd’hui. J’vas aller me mettre une bûche dans le foyer pis j’vas attendre que le p’tit gars à qui j’ai fait la gaffe de donner mon numéro de cellulaire m’envoie une autre photo de son pénis en érection. Au moins, y’en a un que le frette empêche pas d’être de bonne humeur!