Passion elles tango

Le tango féminin et passionné, affranchi des rôles traditionnels

Julie Vaillancourt
Commentaires

Le 4 mai prochain, le Théâtre Rialto sera l’hôte d’un spectacle de tango unique, «Passion Elles Tango». Pour l’occasion, j’ai rencontré Mireille Painchaud, qui sera de cette distribution exclusivement féminine. Pionnière du tango à Montréal, elle fut à l’avant-garde, en étant une des premières femmes à oser danser le tango avec une autre femme, à devenir à la fois le guideur et le guidé, dans un milieu plutôt traditionnel.

 
D’entrée de jeu, Mireille se rappelle ses premiers pas de tango, en 1991 : «À l’époque, il n’y avait pratiquement rien à Montréal dans le domaine, outre cette soirée hebdomadaire au Quai des Brumes. Il ya avait des musiciens de New York, j’ai été complètement abasourdie! Cette danse était pour moi!», appuie celle qui a découvert le tango à l’époque où elle faisait une maitrise en bibliothéconomie. Par la suite, Mireille commence à enseigner à Graffiti Tango, tout en demeurant sur les bancs d’école pour un doctorat en sémiologie…Mais l’appel du tango est plus fort que tout : «Je me suis laissée porter par cette passion, j’ai quitté le doctorat et je me suis consacrée pleinement au tango». Elle organisera par la suite, dès 1997, des ateliers de tango queer à Montréal avec Miriam Genestier. Par la suite, elle voyage en Colombie-Britannique, devenant l’instigatrice d’un engouement pour cet art dans la petite communauté queer tango de Victoria : «Je suis partie à Victoria, avec ma conjointe de l’époque que j’ai initiée au Tango». Si Mireille possède aujourd’hui plus de 20 ans d’expérience en enseignement du tango, elle fut une des pionnières, à l’avant-garde du tango féminin, en étant une des premières femmes à Montréal à oser danser le tango avec une autre femme : «Bizarrement, je n’ai jamais senti d’hostilité ou vécue de lesbophobie. Peut-être qu’une part de respect vient aussi du fait que j’enseigne le tango et que je fais autant les deux rôles, ce qui n’est pas facile». D’ailleurs, les jeux de rôles au tango sont des transpositions sociales, puisque l’homme (le guideur) guide et est en charge de la femme (la guidée), qui doit se soumettre aux mouvements proposés : «Comme il y a plus de femmes que d’hommes qui veulent danser, en général, on se retrouve à l’époque des années 40-50 où les femmes attendaient assises, qu’un homme viennent les inviter à danser. Très tôt, lorsque j’ai vu cette dynamique, j’ai voulu guider. Il était hors de question que j’attende qu’on m’invite pour pouvoir danser!»
 
Si le milieu du tango est plutôt traditionnel en ce qui a trait aux rôles de l’homme (guideur) et de la femme (guidée), Mireille assume autant les deux rôles, qu’elle n’hésite pas à intervertir à chaque fois qu’elle investie la piste de danse, avec Erin Manning, une artiste multidisciplinaire, qui demeure sa partenaire de danse depuis 10 ans: « Lorsque je sors danser avec Erin, nous inversons toujours les rôles de guideur et guidé, à chaque chanson. J’aime faire les deux rôles, je l’ai toujours fait et le ferai toujours. Je n’aime pas utiliser les termes «rôles de l’homme et de la femme», car pour moi ça ne correspond pas à ma réalité. Bien sûr, en général, les gens ne choisissent pas, ils prennent le rôle qui a été dévolu à leur sexe depuis des siècles, mais ce n’est pas parce qu’on est une femme, qui faut absolument prendre le rôle de guidé! Dans le milieu professionnel, il y a des gens qui critiquent ça, mais on ne me l’a jamais dit personnellement et ce n’est pas quelque chose qui me préoccupe, même si c’est un milieu très hétérosexuel», explique celle qui a partagé sa vie amoureuse autant avec des femmes qu’avec des hommes. Lorsqu’on demande à Mireille la principale différence entre danser avec un partenaire professionnel et un amoureux(euse), elle enchaine : «Danser avec quelqu’un avec qui on est intimement lié, ça change la dynamique et pas nécessairement pour le mieux! C’est souvent difficile sur les couples et si les deux ne sont pas du même niveau, ça peut s’avérer complexe. L’un va devenir "le prof", ce qui peut mal se transposer dans la vie réelle, puisque la dépendance à l’autre en tango est énorme». D’ailleurs, Mireille danse avec son amie Erin depuis 10 ans et les deux femmes s’intéressent au tango comme forme de relation en mouvement, et «même après 10 ans, on peut encore se surprendre mutuellement, avec la recherche du mouvement entre les deux personnes, mais aussi avec les nouveaux pas, les modes, les nouvelles approches… la danse évolue constamment», explique celle qui possède une formation en éducation somatique, profil Feldenkrais.
 
D’ailleurs, Mireille et Erin seront de la distribution de Passion Elles Tango, un spectacle multimédia, où le tango féminin sera à l’honneur, notamment par le biais d’un quintette musical et projections de films d’antan : « Ce spectacle est vraiment une odyssée qui rend hommage aux femmes dans le tango, celles qui ont écrit les premières pages de l’histoire du tango», explique Marie-Josée Denis, attachée de presse.  Sous la direction musicale de Polly Ferman, originaire de l’Uruguay, pays berceau du tango, ce spectacle «monté de manière virtuelle par des artistes en provenance de cinq pays» fut mis en scène par la Montréalaise Allyson Manta, connu pour son travail de chorégraphe et directrice artistique au sein du Cirque du Soleil. Depuis la première du spectacle à San Francisco en 2007, Passion Elles Tango (Glamour Tango) a notamment tourné en Argentine, au Brésil à Chicago et New York. Le 4 mai prochain, cette distribution internationale et exclusivement féminine foulera les planches du Théâtre Rialto à Montréal : «C’est aussi un spectacle féministe, avec des femmes à la fois fortes, douces, assertives, féminines et influentes. Les quatre danseuses (Allyson Manta & Mylène Pelletier, Mireille Painchaud & Erin Manning) sont exemplaires du caractère pionnier des femmes en tango, puisque influentes dans le milieu du tango montréalais» conclut Marie-Josée Denis. L’occasion de voir un spectacle unique, en plus de voir Mireille Painchaud s’exécuter sur scène dans un tango féminin, dont elle a elle-même tracé et guidé les pas, il y a de cela plusieurs décennies déjà…
 
Passion Elles Tango, le 4 mai 20h30 au Théâtre Rialto. Billets : 40$
Pour informations et achat de billets: www.theatrerialto.ca et www.glamourtango.com
Visionnez la vidéo promotionnelle :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=VZRD-ZHBO4o