Australie

La justice qualifie d'homicide involontaire le meurtre d'un séropositif par son partenaire en 1991

L'agence AFP
Commentaires

Un homme a été reconnu coupable du meurtre de son partenaire en 1991 après que ce dernier lui ait dit qu'il était séropositif. Toutefois, la justice a retenu la caractérisation d'homicide involontaire pour les faits. Explications.

Un homme de Sydney a été reconnu coupable du meurtre de son partenaire après avoir été informé de la séropositivité de ce dernier. Le corps de Felipe Flores avait été découvert avec son pantalon baissé sur les chevilles dans un endroit nommé « l'allée des amoureux », le 2 septembre 1991. Il était décédé après avoir subi de graves blessures internes.

Cette mort était restée mystérieuse pendant 27 ans. Mais après la découverte d'un ADN par de détectives sous les ongles de la victime en 2008, son ancien compagnon, Paul Armstrong, avait été arrêté. Il avait été reconnu coupable d’assassinats par un jury de la Cour suprême en 201, mais la condamnation avait été infirmée en appel l'année dernière et un nouveau procès ordonné. La semaine dernière, les juges ont reconnu l'homicide involontaire dans cette affaire.

La justice a accepté de considérer que la perte de contrôle du coupable - qui a conduit à la mort de la victime - avait été induite par la divulgation de la séropositivité de Felipe Flores immédiatement après un rapport sexuel et a retenu la gravité de l'impact de cette révélation à l'époque des faits en matière de santé. Rappelons qu'à l'époque, aucun traitement efficace contre le sida n'existait.

Lors d'une audience, Paul Armstrong a affirmé qu'en 1991, il était terrifié d'avoir contracter le VIH, car un certain nombre de ses amis qui avaient contracté la maladie étaient morts dans un bref délai. Reconnu coupable par la justice, sa peine pour homicide involontaire n'a pas encore été fixée et a été renvoyée à une date ultérieure.