Aires Libres

Des projections extérieures pour femmes !

André-Constantin Passiour
Commentaires
Florence Gagnon

On le sait maintenant, du 15 mai au 1er septembre, l’événement Aires Libres, la piétonnisation culturelle de la rue Sainte-Catherine Est, dans le Village gai, nous revient pour une 7e saison – que l’on souhaite belle et chaude – sous les fameuses Boules Roses de Claude Cormier… En plus de l’art public, cette année la Société de développement commercial (SDC) du Village s’est associée à Lez Spread the Word (LSTW), une organisation lesbienne, en vue de rassembler ces femmes dans le secteur par le biais de projections en plein air. Films, courts métrages, web séries, vidéoclips, etc. on nous promet de beaux moments pour cet été, le tout touchant la thématique lesbienne ou féminine… Il ne nous reste plus qu’à prier pour du beau temps…

«Au départ, on s’est dit qu’on aimerait faire revenir les lesbiennes dans le Village. On voulait dire aux femmes «vous avez votre place dans le Village», c’est le message que l’on désirait lancer à la communauté lesbienne. On ne voulait pas le faire n’importe comment non plus. De là est venue l’idée de tenir des activités allant dans le sens d’Aires Libres et de la culture», commente Christiane Richard, adjointe au directeur général et responsable des membres à la SDC et qui pilote ce dossier.

«LSTW est reconnue pour faire des activités, mais c’était essentiellement hors Village. Avec la fermeture du Drugstore, cela inquiétait les lesbiennes qui avaient de moins en moins d’endroits de rencontres. Donc, dans ce sens, l’appel de la SDC envers les lesbiennes était le bienvenu. La plupart des filles dans l’organisation de Lez Spread the Word (LSTW) et celles qui assistent à nos événements proviennent du milieu des arts et de la culture. L’appel venait rencontrer nos passions. Et on s’est dit qu’il faut que l’on travaille ensemble car c’est un beau défi pour nous», ajoute Florence Gagnon, fondatrice de Lez Spread the Word (LSTW) et du site www.lezspreadtheword.com.

Bien sûr, ce site est connu pour sa web série de fiction créée par la réalisatrice Chloé Robichaud, Féminin/Féminin, sur la vie de plusieurs jeunes femmes lesbiennes. Mais LSTW organise aussi une activité mensuelle, avec DJ et artistes, à la Porte Rouge, le dernier jeudi du mois avec en moyenne 300 personnes et la soirée s’appelle «Où sont les femmes». Pour le lancement de la web série, «ce fut un succès fou qui a attiré plus de 500 personnes», estime Mme Gagnon qui est photographe de formation. Pour la petite histoire, il y a plus de 5 000 abonnés à la page Facebook LSTW, tandis que 2 000 femmes sont membres du site.

Mais revenons aux présentations publiques. Il y en aura neuf en tout au cours de l’été, dont trois «happenings» conçus par LSTW, mais on ne veut révéler quoi que ce soit pour l’instant. «On peut s’attendre à un contenu diversifié et de qualité, poursuit Florence Gagnon. Les thématiques seront essentiellement axées sur les femmes et sur les lesbiennes. Mais en raison de la variété du contenu, cela plaira autant aux filles qu’aux garçons.»

Pour 2015, ce ne sont pas les projets qui manquent à LSTW : il aura une éventuelle application mobile afin que le site soit accessible sur tablettes et téléphones intelligents. Ce n’est pas tout, peut-être qu’au cours des prochaines années «il y aura une expansion vers la France puisque bien des filles-là bas consultent notre site, prennent contact avec nous et s’arrangent pour venir passer leurs vacances pendant notre soirée mensuelle, alors on verra comment le faire…», révèle Florence Gagnon. Les projections – qui sont gratuites soi dit en passant grâce à un financement de la SDC du Village – commenceront dès la tombée de la nuit, soi entre 21h et 21h30, au parc de l’Espoir (à l’angle de Sainte-Catherine et Panet).

On en fera le lancement officiel vers la mi-juin. Le programme sera affiché sur les sites d’Aires Libres et de Lez Spread the Word. «Pour nous, faire des activités dans le Village est important et nous sommes plus qu’heureuses de pouvoir collaborer avec la SDC pour y ramener les femmes et, de plus, ce sont des événements culturels ce qui convient bien aux deux organisations», rajoute Florence Gagnon. «C’est logique que LSTW ait sa place dans la programmation d’Aires Libres parce que leur visuel est attrayant, qu’il est jeune, il y a un volet web très intéressant et cela nous interpellait donc à cause de l’aspect culturel», de renchérir Mme Richard.

« Il y a longtemps que je cherchais une façon de faire une plus grande place aux lesbiennes dans le Village et grâce à ma merveilleuse adjointe, Christiane, qui m’a fait rencontrer l’équipe de LSTW je crois bien qu’on a trouvé un bon match. J’ai eu un coup de cœur instantané en rencontrant Florence et Stéphanie de LSTW l’hiver dernier, incroyable le dynamisme de ces 2 jeunes femmes. Et qui sait, sans doute que les autres « Village » à travers le monde voudront faire comme nous à Montréal et faire une plus grande place aux lesbiennes », de terminer Bernard Plante, directeur de la SDC du Village.