Entrevue exclusive avec Roland Emmerich

Le bar Stonewall reconstruit à Montréal

Patrick Brunette
Commentaires
Le bar Stonewall reconstruit à Montréal
Photo prise par © NEW YORK TIMES
Jeremy Irvine
 réalisateur Roland Emmerich,The stone inn
  • Le bar Stonewall reconstruit à Montréal
  • Jeremy Irvine
  •  réalisateur Roland Emmerich,The stone inn

Cet été, le mythique bar new-yorkais Stonewall Inn revivra à Montréal. Mais ne le cherchez pas dans le Village, car il sera entièrement reconstruit… en studio, le temps du tournage du prochain film de Roland Emmerich.

Le réalisateur américain Roland Emmerich (Independance Day, The Patriot, White House Down) est à Montréal pour tourner son prochain long métrage, Stonewall, un film basé sur les émeutes qui ont eu lieu dans ce bar de Greenwich Village, dans la nuit du 28 juin 1969. « Je voulais faire un film sur cet événement car c’est un moment important de notre histoire, de l’histoire des communautés LGBT, affirme Roland. Trop peu de gens savent que c’est de ces émeutes que sont nées les Gay prides. »
 
Roland et les producteurs Michael Fossat et Carsten Lorenz ont décidé de tourner dans la métropole pas seulement pour des raisons économiques et pour le professionnalisme des équipes de production. « À Montréal, remarque Roland, il y a une plus grande variété de looks chez les gais qu’à Los Angeles, par exemple. » D’ailleurs, le trio a fait le tour de quelques établissements du Village à la recherche de figurants, des gais ou des personnes gay-friendly pour faire revivre cette révolte homosexuelle (voir l’article Figurants recherchés).
 
À 58 ans, Roland Emmerich nous a habitués à de mégas productions cinématographiques (pendant qu’il tourne Stonewall, il travaille aussi sur son prochain film, la suite de Independance Day) Mais cette fois-ci, c’est un film à plus petit budget (tout de meme 14 millions) et plus personnel qu’il nous propose. 
 
Même s’il n’avait que 14 ans et qu’il vivait en Allemagne lors des émeutes de Stonewall, Roland se sent tout de même interpellé par cet événement réunissant jeunes gais, lesbiennes et travelos qui ont décidé de répondre par la force à une descente policière.
 
« Raconter l’histoire de ce qui s’est passé à Stonewall Inn, c’est pas facile, avoue le réalisateur ouvertement gai, Roland Emmerich. Chaque personne qui a vécu les émeutes a sa propre version des faits. » Plutôt que de chercher à faire une simple reconstitution historique, il a demandé à l’auteur Jon Robin Baitz (Brothers and Sisters) de créer un personnage fictif qui en viendra à participer aux célèbres émeutes. C’est le comédien Jeremy Irvine (War Horse) qui jouera le rôle de ce jeune gai qui décide de quitter sa campagne pour aller s’installer à Greenwich Village.
 
Le tournage de ces scènes en milieu rural se fera en mai-juin dans un village au sud de Montréal. Mais c’est dans un immense studio de Pointe Saint-Charles que seront construits le Stonewall Inn et la rue Christopher qui l’héberge. Le tournage à cet endroit se déroulera en juin et juillet. « Et quand on aura terminé le tournage, ajoute Roland, on fera le wrap party dans le décor du Stonewall! »
 
D’ici là, le réalisateur est à la recherche de figurants pour plusieurs scènes qui seront tournées à Montréal, en juin et juillet. La production cherche des hommes gais ou gay-friendly de tous âges, mais surtout des plus jeunes (18-30 ans) pour faire revivre ce bar de Greenwich Village. Au Stonewall Inn, on retrouvait en proportion égale des Latinos, des Noirs et des Blancs. En 1969, la mode était aux cheveux mi-longs, mais la responsable du casting des figurants, Julie Breton précise qu’elle n’écarte personne! Elle a besoin de plusieurs centaines de figurants pour jouer dans ce film et invite les lecteurs du magazine à la contacter.
 
Le film Stonewall sortira en 2015. Surveillez Fugues pour plus d’information d’ici-là. 
 
Julie Breton invite les gens à lui envoyer par courriel ([email protected]) ceci : nom et âge; des photos récentes (pour vous voir de la tête au pied et aussi des photos de vous en plan plus rapproché); numéro de téléphone et adresse courriel; mensurations (grandeur / poids / taille de vêtements); et précisez si vous êtes fumeur ou si vous acceptez de fumer une fausse cigarette.Les figurants choisis seront rémunérés (le tarif de base étant 11,75$/heure) et auront une chance unique de participer à immortaliser ce moment marquant de l’histoire des communautés LGBT.  À qui la chance?